Là-haut, Pete Docter et Bob Peterson

Pour ce faire, il se met en tête de voler jusqu'aux Chutes du Paradis en attachant des milliers de ballons à sa maison. Bien malgré lui, il embarque dans son périple Russell, une sorte de petit scout rondouillard. Ensemble, ils vont vivre de cocasses aventures au milieu d'une faune plus ou moins amicale.

Un dessin animé pour enfants avec un vieux comme personnage principal peut, a priori, paraître un pari risqué. Sauf que Pixar l'a bien compris : ses films sont autant prisés par les adultes que par les enfants. En formant un improbable tandem vieil homme / petit garçon, Disney s'assure ainsi de pouvoir ratisser large au niveau du public. Mais en-dehors de tout cynisme, Là-haut réussit déjà la prouesse d'être un Disney qui évite un certain nombre de poncifs sur l'affection inter-générationnelle et l'amitié par-delà les différences. Ce duo artificiel permet aussi aux scénaristes de parler de sujets rarement traités dans l'animation pour enfants comme la vieillesse ou la mort, abordées sans pathos, de manière délicate et néanmoins poignante. La scène qui fait défiler la vie de Carl jusqu'au décès de sa femme est, à cet égard, une leçon de subtilité narrative. Dans la vie comme dans un voyage, Là-haut démontre joliment que l'important n'est pas la destination, mais ce qui se passe sur le chemin. Quitte à y perdre certaines illusions.

Si tout le monde devrait y trouver son compte, force est de constater que le passage du rire aux larmes se fait de manière un peu abrupte entre une première courte partie mélancolique plutôt destinée aux adultes et une longue deuxième partie d'aventure humoristique. Saluons quand même le talent comique des scénaristes de Pixar dont les gags millimétrés rythment une histoire très épurée. Les créateurs du dessin-animé expliquaient d'ailleurs vouloir se rapprocher d'une esthétique et d'une histoire proches des anciens Disney, comme Dumbo. Plus gentillet que Wall-E et moins corrosif que les Toy Story, c'est peut-être ainsi qu'il faut prendre Là-haut : comme un très bon Disney mais comme un Pixar qui peut mieux faire.
Loan Nguyen

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut