000_Nic6362306
Famille yazidi réfugiée ©AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Une fillette enlevée par les djihadistes mobilise à Lyon

À Lyon et à Marseille, les communautés chaldéenne et catholique ont décidé de se mobiliser suite à l’enlèvement de la petite Christina, âgée de 3 ans, en Irak. Alertés par un reportage de France Info, elles souhaitent sensibiliser le public, mais aussi des personnalités, sur le sort de cette petite fille, littéralement arrachée à ses parents par les djihadistes.

000_Nic6362306 ()

Famille yazidi réfugiée ©AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Vendredi 22 août, les derniers chrétiens étaient expulsés hors de Qaraqosh par les djihadistes. Cette ville était la plus importante ville chrétienne en Irak, à une trentaine de kilomètres à l'est de Mossoul, au nord du pays, attaquée par les extrémistes radicaux début août.

“Aucun être humain ne peut faire ça !”

photo-7 ()

Cet épisode est rapporté par un journaliste de France Info. Toba Hreler Azor et sa femme Aïda ont été séparés de leur enfant seulement âgée de 3 ans, la petite Christina (photo ci-contre). "Quand ils nous ont mis dans le bus, ils ont vu qu'on avait notre fille avec nous et ils l'ont prise, raconte, effondrée, la jeune mère. Je les ai suppliés pour qu'ils me laissent ma fille, mais il y en a un qui m'a dit : “Non ! Et si tu dis un mot de plus, je te tranche la gorge et on tue aussi ton mari”... Ils ont emporté ma fille. Je ne sais pas pourquoi. Elle n'a que 3 ans ! Aucun être humain ne peut faire ça !"

Récolter des fonds

"J'ai été horrifié par cette histoire", nous rapporte Louis-Marie, qui tout au long de l'été a suivi les événements survenus au Proche-Orient. Il est à l'origine de la mobilisation que la communauté chaldéenne de Lyon et de Marseille a décidé de suivre. Le premier objectif, et pas des moindres, est de récolter des fonds pour mandater une société privée afin de libérer la petite fille. Sur place, la fillette pourrait être vendue dans un marché aux esclaves à Mossoul, nous explique-t-on.

1,2 million de personnes qui ont fui les combats

En Irak, les minorités, chrétiens et yézidis, sont toujours persécutées par les djihadistes et l'exode continue. Une quarantaine de réfugiés irakiens chrétiens sont arrivés, jeudi 21 août, à Paris. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'était rendu à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle pour accueillir ces réfugiés, dont il a souligné qu'ils étaient des “personnes menacées dans leur vie”. Le chef de la diplomatie française a indiqué que Paris privilégiait “ceux qui ont un possible lien avec la France”.

Selon le Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR), la seule région du Kurdistan, dans le nord de l'Irak, abrite quelque 600 000 déplacés, dont de nombreux chrétiens et yézidis. Le HCR estime à 1,2 million le nombre de personnes qui ont dû fuir les combats en Irak.

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut