Salon du chocolat de Lyon : qui se cache derrière la fève ?

Le petit guide-âne du  Salon du chocolat de Lyon qui se tient les 9, 10 et 11 novembre prochains.

7 300. Retenez bien ce chiffre. Sept mille trois cents Lyonnais ne mangent pas de chocolat. Pour vous donner une idée, ça équivaut à la moitié de l'affluence du Matmut Stadium, le 29 septembre dernier, lors du match LOU-FC Grenoble Rugby. 7 300, c'est 1,4 % de la population de Lyon*.
Effarant, d'autant qu'historiquement, Lyon est un gros hub national du chocolat : les très rares chocolatiers à travailler eux-mêmes leur fèves ont toujours été installés en Rhône-Alpes. La région est en quelque sorte le cœur de l'école française du cacao (avec La Cité du chocolat, à Tain-l'Hermitage, en point d'orgue). Pour l'anecdote, c’est à un ecclésiastique que Lyon doit sa tradition chocolatière : Alphonse de Richelieu, archevêque de Lyon et frère du cardinal. Le prélat lyonnais, pour qui le chocolat était "comme un moyen de modérer les vapeurs de sa rate et de lutter contre la colère et la mauvaise humeur", l’introduit dans la région au milieu du XVIIe siècle, sous l’impulsion d’Anne d’Autriche, l’infante d’Espagne folle de chocolat qui devint l’épouse de Louis XIII.

Lyon la fève tonka

Alors comment expliquer que le Salon du chocolat, qui se tient du 9 au 11 novembre prochains, ne compte que huit éditions ? "Parce que Lyon est la capitale de la gastronomie et qu'il fallait être sûr de la qualité de notre salon" répond en substance Sylvie Douce, l'organisatrice. Cette année, ils seront 80 exposants répartis sur les 4 000 m2 du Centre des congrès de la Cité internationale. Philippe Bernachon, Sébastien Bouillet (Relais & Desserts), François Pralus (Academy of Chocolate Awards 2009), Nicolas Pépin, Philippe Bel (MOF 2004), Joël Patouillard (MOF 1986), Romaric Boilley... Bref, tout (ou presque) ce que Lyon (et ses parages) compte de chocolatiers.

Il n'empêche, le Salon du chocolat de Lyon n'est qu'une fève tonka comparé à celui de Paris : 500 exposants, 3 000 journalistes accrédités (contre 100) et 130 000 visiteurs (contre 22 000). Il ne faut pas se voiler la face : le salon de Lyon n'est qu'une déclinaison de celui de Paname lancé en 1995 par Event International. L'agence parisienne décline aujourd'hui douze salons du chocolat dans le monde. Moscou ouvre le bal en octobre, suivi de Paris, Beyrouth, Lyon, Séoul, Tokyo, Kyoto, Nagoya, Sapporo, Fukuoka, Sendai et Bruxelles, qui ferme le ban fin février. Un réseau de salons particulièrement bien médiatisés par Event International, dirigée par Sylvie Douce, qui n'est autre que la fille du fondateur de l'agence Havas. Autant dire qu'en termes de com', c'est de la nougatine. Si Event International est aussi spécialisée en stratégie, en relations presse et en relations publiques (avec des références solides comme l'Ania, le lobby de l'industrie alimentaire française, Mondēlez, n°2 de l'agroalimentaire mondial, Rolex, Coca-Cola, Heineken, J&B, ou encore le champagne Lanson), c'est surtout grâce au chocolat que la société s'est fait un nom. Et un petit trésor (tout sauf en chocolat) de 5,7 millions d'euros de chiffre d'affaires (à Paris, l'année dernière, le m2 de stand se louait 340€, soit pour le chocolatier belge Jeff de Bruges 13 600 euros les 40m2 pendant 5 jours).

Qu'importe, pour les chocolatiers, c'est un passage obligatoire. "On bosse bien pendant trois jours !" reconnaît Sébastien Bouillet. "C'est aussi un moment de présentation de nos collections des fêtes de Noël, des bûches, etc." Tout le monde est raccord donc.

Quant aux 7 500 Lyonnais qui n'aiment pas le chocolat, ils n'ont qu'à se souvenir du bon mot du duc de La Rochefoucauld : "aimez le chocolat à fond, sans complexe ni fausse honte car, rappelez-vous, 'sans un grain de folie, il n’est point d’homme raisonnable'”.

*Le chiffre de Lyon Capitale est déduit d'un sondage national selon lequel 98,6 % des Français mangent du chocolat.

Pratique
Salon du chocolat de Lyon
Centre des congrès – Cité internationale.
Vendredi 9 novembre (11h à 19h), samedi 10 et dimanche 11 novembre (10h à 19h).
10€ en prévente – 12€ sur place.
https://lyon.salon-du-chocolat.com/

 

 

 

à lire également
Pour passer un week-end de Pâques festif malgré la situation sanitaire historique qui impose de se boucler à double tour chez soi, Lyon Capitale a sélectionné quelques adresses cacaotées des plus gourmandes aux plus insolites.
Faire défiler vers le haut