Radicalisation religieuse : le Rhône second département le plus touché

Avec un nombre d’individus signalés radicalisés digne des départements franciliens, le Rhône talonne la Seine-Saint-Denis et ses 160 cas recensés.

Carte radicalisation

UCLAT
Carte radicalisation

Quelque 156 cas de radicalisation religieuse recensés. Une goutte d'eau sur les 1,7 million d'habitants que compte le Rhône, mais qui place le département parmi les plus "radicalisés" de France. Ce chiffre pourrait être encore plus élevé, puisque le rapport publié le 2 juin 2015 par la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, présidée par le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, ne recense que les individus ayant fait l'objet d'un signalement. Les auteurs du rapport invitaient donc à la prudence dans la prise en compte de ces données.

156 cas de radicalisation

Le Rhône se situe à la seconde place des départements comptant le plus d'individus radicalisés. Les départements franciliens, Seine-Saint-Denis (160 cas) et Seine-et-Marne (156 cas) en tête, trustent les premières places de ce classement.

Signalements radicalisation

UCLAT
Signalements radicalisation

En région Rhône-Alpes, l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie se situent dans la moyenne haute des départements français ; ceux de l'Ardèche et de la Drôme, dans la moyenne basse. Dans le détail, notons que le département des Alpes-Maritimes (151 cas), du Nord (114 cas) et, dans une moindre mesure, ceux des Bouches-du-Rhône (94 cas) et de la Haute-Garonne (93 cas) présentent également un nombre important d'individus radicalisés.

Trois fois plus de départs vers l’Irak et la Syrie qu’en 2014

Au niveau national, le phénomène se traduit par une hausse importante des départs de ces individus radicalisés vers les pays où Daech est présent. Là encore, les données récupérées dépendent des signalements et peuvent ainsi présenter une vision biaisée de la réalité. Elles doivent donc être considérées avec précaution.

Évolution départs Syrie

Ministère de l'Intérieur
Évolution départs Syrie

Au fil des 550 pages du rapport, certains chiffres interpellent. C'est le cas de ceux illustrant la féminisation des individus radicalisés. 35 % des radicalisations signalées concernent des femmes. Un taux qui monte à 56 % chez les mineurs. Enfin, 41 % des signalements concernent des personnes converties à l'islam.

6 commentaires
  1. capitaine papy - dim 15 Nov 15 à 13 h 34

    Comment le Rhône peut compter 471000 habitants (en 2012) alors que Lyon fait 496000 (en 2012) à lui seul?

  2. capitaine papy - dim 15 Nov 15 à 13 h 44

    L'INSEE donne 1 762 866 habitants dans le département du Rhône en 2012 http://www.insee.fr/fr/themes/comparateur.asp?codgeo=dep-69

  3. SophieV - dim 15 Nov 15 à 16 h 07

    Ca ne surprendra pas les habitants de la métropole. Il suffit de regarder autour de soi, à Lyon, dans les banlieues, dans les transports en commun...... au passage, le nombre de chauffeurs TCL portant une barbe islamiste est il normal ? ou bien est il tabou d'en parler ?

  4. Marine - dim 15 Nov 15 à 17 h 21

    Venez visiter la Duchère, son visage a changé, ses habitants aussi. Entre la 'petite' délinquance et tout le reste, c'est de pire en pire. Les barbecue sur les trottoirs, les motos de cross toute la journée, et une partie de la nuit, de plus en plus de jeunes filles sont 'voilées' ; beaucoup d'hommes ne travaillent pas, et restent toute la journée devant le bureau de tabac ou devant la boulangerie. Les détritus sur les trottoirs, etc.... Je ne serais pas étonnée que la Duchère, soit dans les statistiques.

  5. webmaster - lun 16 Nov 15 à 11 h 57

    Lyoncapitale.fr offre un espace de liberté aux internautes.Veuillez néanmoins échanger dans le respect des autres et du site.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut