Les abattoirs de Corbas © Tim Douet
Les abattoirs de Corbas © Tim Douet

PETA demande à Wauquiez de ne pas donner d'argent à l'abattoir incendié

La semaine dernière, un abattoir a été incendié dans l'Ain. Laurent Wauquiez avait alors annoncé le déblocage d'un fonds d'aide d'urgence de 200 000 euros. L'association pour le droit des animaux, PETA, demande au président d'Auvergne-Rhône-Alpes d'utiliser cet argent pour financer des repas vegans dans les lycées de la région.

Dans une lettre ouverte adressée à Laurent Wauquiez, l'association pour le droit des animaux, PETA, lui demande de ne pas verser 200 000 euros à l'abattoir incendié dans l'Ain, mais d'utiliser cet argent : "pour le bien des humains, des animaux et de la planète". Connu pour ses actions médiatiques, PETA encourage ainsi le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a la mise en place de repas vegans dans les lycées : "Comme vous le savez sûrement, de plus en plus de personnes souhaitent pouvoir profiter de repas sans produits d’origine animale. Or pour l’instant, ce n’est pas possible dans les cantines des lycées de la région Auvergne Rhône-Alpes".

S'attaquant aux abattoirs qu'elle qualifie "d'industrie en déclin", l'association affirme que : "Une subvention pour aider à une transition culinaire pour développer le vegan dans les cantines des lycées de votre région serait bien plus bénéfique à la société que si elle était versée à un abattoir, alors que la consommation de viande des Français diminue".  Pour asseoir sa démonstration, PETA donne un exemple de réussite dans la région : "Les emplois induits par les filières de l’alimentation végétale sont assurément plus pérennes que ceux des abattoirs. Une entreprise locale comme Hari&co (basée à Lyon) qui propose des produits vegans d’origine française à plus de 3000 cantines scolaires en est l’un des exemples".  Lors de sa visite de l'abattoir incendié, Laurent Wauquiez avait défendu "un des abattoirs les plus respectueux de la région". Va-t-il retrouver PETA autour d'un repas vegan pour en débattre ?

à lire également
Selon une étude commandée par le service d'autopartage Drivy, 32 % des Lyonnais seraient prêts à abandonner leur voiture, avec de gros "si" et "mais". Même si de tels sondages ont toujours leurs limites, quelques questions soulevées ne manquent pas d'intérêt.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut