Chat
JimmyDominico

Pet Alert : comment les escrocs utilisent les animaux perdus pour voler

Face à une situation préoccupante, la Gendarmerie vient de lancer un avertissement. Des escrocs se servent de la plateforme Pet Alert pour voler de l'argent aux propriétaires d'animaux perdus.

Pour tous ceux qui ont perdu un animal, la plateforme Pet Alert et les pages départementales du système sont un espoir pour le retrouver. Pet Alert permet de passer une annonce en l'accompagnant de ses coordonnées lorsque l'on perd ou l'on trouve un animal. Un système bien plus efficace qu'une affiche.  Néanmoins, certains escrocs ont décidé de détourner ce système basé sur la solidarité. Face à cette situation, la Gendarmerie nationale vient de lancer un avertissement. Les escrocs opèrent toujours de la même façon. Ils repèrent des annonces et appellent les propriétaires d'animaux perdus en leur affirmant qu'ils ont retrouvé l'animal. Ils demandent ensuite aux propriétaires combien sont-ils prêts à payer pour le récupérer. Les victimes qui tombent dans le piège sont ensuite invitées à envoyer l'argent par mandat, mais ne retrouveront pas leur animal qui n'a jamais été en possession de ces escrocs. Cette technique use et abuse de l'attachement que nous portons à nos animaux et la détresse qui en résulte lorsque nous les perdons, ce qui peut entrainer une baisse de la garde.

Sur ses pages Facebook, Pet Alert, également victime de ces faux signalements qui nuisent au système, rappelle que l'arnaque existait déjà à l'époque des affiches. Ce qui a changé c'est que désormais, les escrocs peuvent agir à distance, voire depuis l'étranger sans devoir chercher ces mêmes affiches dans la rue. Pour ne pas se faire avoir, il est important de demander des photos de l'animal, si les personnes qui l'ont retrouvé demandent des sommes de l'argent, sans être capables de produire une photo, c'est qu'il s'agit d'une escroquerie. De même s'ils ont réellement l'animal, mais demandent des sommes importantes, il est impératif de se rapprocher de la gendarmerie ou de la police.

à lire également
métro
Dès le 22 octobre, les régulateurs du réseau métro entameront une grève qui pourrait durer jusqu'à la fin de l'année. Pour le gestionnaire du réseau, Keolis, cette grève est "incompréhensible", certaines revendications ayant déjà été obtenues. 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut