Michel Havard phosphore au carbone

Mais pour s'assurer de leur réduction, il faut pouvoir comptabiliser ces émissions. C'est ce qu'on appelle " établir un bilan carbone ". Soit " la méthode de comptabilisation des gaz à effet de serre ", explique Michel Havard. Nicolas Sarkozy vient de lui confier une mission sur le sujet. Pour éviter toute confusion avec la " taxe carbone ", Michel Havard précise : " quand la taxe carbone serait un remède au réchauffement climatique ; le bilan carbone serait plutôt un thermomètre ".

Quatre mois de mission
Pour élaborer ce thermomètre, le député devra passer en revue les méthodes existantes aussi bien en France qu'à l'étranger. Une mission qui s'inscrit dans le cadre du deuxième volet du Grenelle de l'environnement. Ce projet de loi prévoit notamment la mise en œuvre de bilans carbone dans les entreprises et associations employant plus de 500 salariés, les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants et les établissements publics comptant plus de 250 salariés.
Officiellement, Michel Havard doit remettre ses conclusions avant la fin de l'année mais le député souhaiterait terminer " si possible avant le sommet de Copenhague " de début décembre. Un délai très court même pour quelqu'un qui veut concentrer son activité politique sur deux priorités : " Lyon et l'environnement ".
Lionel Poussery

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut