Grand Lyon métropole Courly
© Robin Favier

Lyon : les élections métropolitaines pour les nuls

L’élection métropolitaine est une grande première. Elle suscite de nombreuses interrogations chez des électeurs qui n’ont pas tous intégré la prédominance de la métropole sur l’échelon communal. Le mode de scrutin, organisé sur quatorze circonscriptions, ne simplifie pas la donne.

Qu’est-ce que la métropole ?

Elle est l’émanation de la Communauté urbaine de Lyon précédemment connue sous les appellations Courly ou par la suite Grand Lyon. La métropole de Lyon existe officiellement depuis le 1er janvier 2015, date à laquelle la Communauté urbaine a absorbé les compétences, principalement sociales, du conseil général. À l’époque, Michel Mercier, ancien président du département, cherchait à se débarrasser de dossiers qui menaçaient la survie de la collectivité : le musée des Confluences et les emprunts toxiques. La puissance financière du Grand Lyon a permis d’éponger ces ardoises. Lyon est la seule agglomération à avoir procédé à ce type de fusion. Le précédent lyonnais n’a pas suscité d’envie.

Comment se déroulera le vote ?

Les 15 et 22 mars, les électeurs de l’agglomération sont appelés à voter pour un double scrutin : municipal et métropolitain. Pour donner une existence physique aux élections métropolitaines, la préfecture du Rhône a opté pour une organisation spatiale distincte : deux tables avec les bulletins, deux isoloirs et deux urnes. Les candidats saluent ce choix, mais en redoutent des effets secondaires indésirables. Lors des municipales et des cantonales de 2008, où les doubles scrutins étaient de rigueur, la participation variait parfois d’une dizaine de points d’un scrutin à l’autre. Le risque de bulletins nuls est aussi plus grand que lors d’un scrutin unique.

Quel est le mode de scrutin ?

Pour la première fois, les Grands Lyonnais vont élire leurs élus métropolitains au scrutin universel direct. Lors des précédentes élections, les conseillers communautaires étaient désignés sur la base des élections municipales, le nom des candidats aux deux scrutins apparaissait en gras. Le nouveau mode de scrutin, à défaut d’être assimilé par les Grands Lyonnais, permet clairement une amélioration démocratique. Les élections auront lieu en même temps, mais les listes sont désormais distinctes. Même si dans de nombreuses circonscriptions, les partis ont souvent décidé de présenter des candidats communs aux deux scrutins. L’élection se fait à deux tours. Au premier, il faut obtenir la majorité absolue pour l’emporter. Au second, toutes les listes qui ont obtenu plus de 10 % peuvent se maintenir. La liste qui obtient le plus de voix l’emporte. La spécificité du scrutin réside dans la présence d’une prime majoritaire. 50 % des sièges en jeu sont attribués au candidat qui arrive en tête du second tour. Les autres sont répartis à la proportionnelle entre les différentes listes. Le scrutin métropolitain reprend les codes des élections municipales par arrondissement à Lyon.

Pourquoi les alliances sont-elles si importantes ?

La présence d’une prime majoritaire qui offre la moitié des sièges à la liste qui arrive en tête constitue un bonus primordial. Dans le cas d’une circonscription qui envoie onze élus à la Métropole, le candidat qui l’emporte, même avec une dizaine de voix d’avance sur les autres listes, a l’assurance d’obtenir au moins huit représentants. Ce mode de scrutin n’incite donc pas les candidats à passer en force. Seuls ceux qui ont obtenu plus de 5 % des suffrages au premier tour peuvent fusionner.

Pourquoi les maires des petites villes critiquent-ils le scrutin ?

Dans la version actuelle de la Métropole, tous les maires de l’agglomération siégeaient au conseil métropolitain, rue du Lac dans le 3e arrondissement. Ce qui engendrait une grande disparité dans la représentativité des élus. Un pour 15 000 habitants à Lyon et Villeurbanne contre un pour 1 172 habitants à Curis-au-Mont-d’Or. À partir du 22 mars 2020, ce ne sera plus le cas. Un élu représentera, en moyenne, 8 700 habitants. Une nouveauté que ne digèrent toujours pas les élus du Val de Saône. Une partie d’entre eux, que l’on retrouve principalement sur les listes de David Kimelfeld, n’a pas pardonné à Gérard Collomb de ne pas avoir tenu sa promesse de revoir le mode de scrutin lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. Constitutionnellement, elle était impossible à honorer, sauf à élire 150 000 conseillers métropolitains en mars 2020 pour garantir une égale représentativité entre tous les habitants de la métropole. Une dimension rendue incontournable par l’élection au suffrage universel direct. Dans une poignée de circonscriptions, des communes ne seront pas représentées à la Métropole.

Pourquoi ces 14 circonscriptions ?

Différents types de scrutins avaient été étudiés en 2014 pour la Métropole de Lyon. Les parlementaires se sont arrêtés sur une élection calquée sur les municipales. En mars, le scrutin métropolitain repose donc autour de l’addition de quatorze élections distinctes. La métropole a été découpée en “supers arrondissements” censés englober des bassins de vie. Seule Villeurbanne n’englobe qu’une commune. Lyon est divisée en six. Le 3e arrondissement a la particularité d’être coupé en deux circonscriptions. “Ce découpage permet de prendre en compte les territoires dans leur diversité”, justifie Gérard Collomb qui a, en grande partie, rédigé la loi. À l’époque, ses opposants de droite comme de gauche avaient dénoncé un découpage sur mesure. L’argument était plutôt audible lorsque le maire de Lyon était au PS. Le big-bang politique de 2017 a rebattu les cartes. À tel point qu’un scénario où les primes majoritaires s’annihileraient entre les différents candidats LREM, écologistes ou de droite n’est pas exclu.

À quoi servent les circonscriptions ?

La création de la Métropole devait enlever une couche du millefeuille administratif français. Cinq ans après l’entrée en vigueur de celle-ci, le conseil métropolitain s’apprête à en créer une autre officieusement : la conférence territoriale des maires. Elle épouse les circonscriptions hors de Lyon et de Villeurbanne. C’est dans cette instance que les maires qui ne siègent pas au conseil métropolitain pourront porter la voix des communes. Certains candidats proposent, dans un élan de décentralisation, de donner un budget propre et des services, souvent limités, aux conférences territoriales des maires.

Comment sera élu le président de la Métropole ?

Si les conseillers métropolitains sont élus au suffrage universel, l’élection du président de la Métropole reste encore opaque. Elle se jouera au troisième tour, sur le modèle de la désignation du maire de Lyon. Comme lors des différentes élections depuis 2001 au Grand Lyon, ce mode de scrutin ouvre la porte aux “combinazione”. La réforme électorale devait rendre plus claire l’élection du président de la Métropole. L’incertitude politique qui plane autour du scrutin rend ce scénario chimérique. De nombreux candidats imaginent que celui-ci sera désigné à la majorité relative. L’hypothèse d’une absence de majorité tout au long des six ans de mandat est même envisagée.

Ville, Métropole de Lyon, qui fait quoi  ?

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
L'agence régionale de santé vient de publier son bilan des personnes hospitalisées à cause du coronavirus COVID-19 à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes. Si ces chiffres n'indiquent qu'une tendance de l'épidémie, il montre une évolution qui reste stable. 
1 commentaire
  1. PAUL Gabriel - 6 mars 2020

    Bonjour
    Jusque à ce jour 3 villes ou agglomérations étaient découpées en arrondissements (Paris, Marseille et Lyon)
    A partir des élections de 2020 la METROPOLE de Lyon fera partie des agglomérations découpées en 14 arrondissements ou circonscriptions.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut