" Lyon doit devenir le territoire des cleantechs en Europe "

Une vision qui, vu le ton déterminé que les deux édiles ont employé, semble plutôt relever de la seconde hypothèse.
Le président du Grand Lyon et maire de Lyon a parlé d'une " troisième révolution industrielle " qu'on était en train de vivre, révolution qui ne pourrait être que " verte ", justifiant le développement d'une stratégie écoindustrielle dans les 5 ans. " Il faut favoriser l'émergence de nouvelles technologies avec les pôles de compétitivité à trvers un pôle de compétence global Ecotech. Il faut accompagner les PME qui ont de fabuleuses opportunités de développement devant elles et faire de notre territoire un lieu d'expérimentations industrielles ". Gérard Collomb a également mis l'accent sur le fait que " les industries du futur doivent se redéployer dans la Vallée de la Chimie " pour " faire de Lyon, le territoire des cleantechs en Europe ".

" Les cleantechs sont un mode de vie"
Jean-Jacques Qeyranne, sur la même longueur d'onde, a renchéri en affirmant devant une quarantaine de journalistes que Lyon et Rhône-Alpes avaient un " potentiel d'innovation unique dans les domaines des cleantechs ". Guy Mathiolon, président de la CCI de Lyon, non sans rappeler que les premières éco-industries avaient vu le jour à Lyon, il y a 25 ans, s'est targué du bon mot de l'après-midi : " Plus qu'une industrie, les cleantechs sont un mode de vie, une cohésion sociale ". Pour l'heure, on espère simplement que l'expression de 'cleantech' ne sera pas utilisée tous azimuts comme la grande majorité des industriels ont repris la notion de 'développement durable'... Plus qu'une mode, ces 'cleantechs' doivent être le socle de tout développement.

Repères
Grand Lyon
750 éco-entreprises
1300 emplois
1,7 milliards d'euros de CA

Rhône-Alpes
5 clusters de recherche
3 pôles de compétitivité

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut