Place Bellecour © Tim
© Tim Douet

Lyon : ces lieux et sites historiques qui vont être restaurés

À l’occasion de la signature de la 4e convention patrimoine État - Ville, les monuments et lieux qui vont être restaurés à Lyon ont été présentés. Découvrez ceux qui seront concernés.

Lyon et l’État vont signer une quatrième "Convention patrimoine" qui portera sur les années 2019-2024. Dotée d’un budget prévisionnel de 11,4 millions d’euros, elle a pour vocation de "préserver, valoriser et faire vivre le patrimoine". L'initiative a été pour la première fois lancée en 1998, pour poursuivre la dynamique engagée lorsque Lyon a été classé "Patrimoine mondial de l'humanité" par l'UNESCO. Cette quatrième convention se différencie des précédents avec l'arrivée d'une logique de site, mais aussi d'espaces verts patrimoniaux.

Ainsi, plusieurs églises seront restaurées, à l'image de Saint-Bruno-les-Chartreux (1er arr.), Saint-Bonaventure (2e arr.), Saint-Nizier (5e arr.), Saint-Pothin (6e arr.), ainsi que le grand orgue Cavaillé-Col de l'église Saint-François-de-Sale (2e arr.).

Les espaces verts patrimoniaux

Lyon dispose d'espaces verts anciens qui aujourd'hui font partie du patrimoine. Ils seront ainsi concernés par cette convention. Le jardin du Rosaire dans le 5e arrondissement de Lyon, sous la basilique de Fourvière va ainsi bénéficier d'un programme de grands travaux pour réparer les nombreuses dégradations (montant prévisionnel des travaux : 1,2 million d'euros). Autre symbole qui n'a pas été épargné par le temps, l’île du souvenir - monument aux Morts de la Ville de Lyon dans le parc de la Tête d'or va bénéficier d'une restauration, mais aussi d'un travail sur la végétalisation afin de "recréer un double alignement d'arbres". Par ailleurs, une étude pour la mise en oeuvre de l'accessibilité du monument est prévue. De manière plus globale, le parc de la Tête d'Or (là depuis 1856) bénéficiera d'une étude d'envergure pour élaborer "un plan de gestion des patrimoines bâti et arboré du mobilier".

Par ailleurs, le parc de la Cerisaie et ses 4,5 hectares dans le 4e arrondissement va lui aussi être l'objet d'une étude. Il est surtout connu pour le bâtiment qu'il abrite : la Villa Gillet. Enfin, le jardin archéologique du Vieux Lyon, juste à côté de la Cathédrale Saint-Jean, va bénéficier d'un "espace vert de qualité", après la réalisation d'une étude. Il accueille les vestiges du groupe épiscopal le plus ancien de Lyon.

Bellecour sans Louis ?

Du côté de Bellecour, les statues "Le Rhône et la Saône" vont partir en atelier pour retrouver une nouvelle jeunesse. Rares œuvres de ce type encore à l’extérieur en France, elles ont souffert à cause des conditions climatiques et des diverses manifestations sur la place depuis des années. Elles ne reviendront pas à Bellecour une fois leur restauration achevée, mais seront installées au musée des Beaux-arts de Lyon où le public pourra alors les redécouvrir de manière libre au rez-de-chaussée. Le montant prévisionnel de cette seule opération est estimé à 72 000 euros.

En dehors de cette convention, la statue équestre de Louis XIV devrait également disparaître temporairement de la place Bellecour pour être restaurée en atelier, tout comme l’a été celle de la place des Terreaux. "L’urgence sera de sauver et restaurer la statue", précise Jean-Dominique Durand. En effet, les récentes analyses de la statue ont montré une certaine urgence à la préserver. Aucune date pour cette opération n’a été donnée pour l’instant, mais elle laissera la place orpheline pendant un temps. "Je pense que cela se fera assez rapidement", précise l'élu. État, Métropole de Lyon et ville de Lyon doivent se mettre encore d’accord sur les modalités de l'opération.

à lire également
La circulation automobile est très difficile ce mardi soir à Lyon, à la suite de la manifestation des agriculteurs. L'A7 est coupée en direction de Lyon, l'ensemble des axes routiers sont saturés.
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut