gastronomie
@tim douet

Lyon aime-t-elle vraiment la gastronomie ?

Alors que la Fête de la gastronomie bat son plein partout en France avec des animations à foison, à Lyon, les évènements se comptent sur les doigts d'une main.

Lyon aime-t-elle vraiment la gastronomie ? La question pourrait presque paraître un tantinet provoc', tant le savoir de la table, l'art du manger gras et du boire sec, la culture du produit sont affaire lyonnaise. Et pourtant... Alors que depuis vendredi, et jusqu'à dimanche soir, la Fête de la gastronomie bat son plein partout en France, force est de constater qu'à Lyon, ce n'est pas l'euphorie des grands jours. Lyon compte ses restaurants par milliers, et pourtant, seulement 23 participent à l'opération Tous au restaurant qui propose que pour tout couvert payé, un autre soit offert. Une opération qui aurait le mérite de faire découvrir de nouveaux horizons gatronomques si tant est que chacun joue le jeu.

Un seul évènement

Pis, en dehors de l'opération Tous au restaurant, un seul événement est estampillé Fête de la gastronomie ce week-end à Lyon. Une initiative qui, si elle est la seule, est toutefois intéressante puisqu'il s'agit de faire découvrir aux jeunes de moins de 20 ans l'art de faire son marché parmi les meilleurs produits, aux Halles Paul Bocuse et en compagnie d'un des meilleurs chefs lyonnais, Jean-Christophe Ansanay, chef de l'Auberge de l'île.

Mais en dehors de cela, rien. Une passivité étonnante alors que Lyon vit pourtant au rythme de la gastronomie. C'est dans sa nature. Elle créera bientôt sa cité de la gastronomie et aura même, à l'occasion du salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation (Sirha) sa propre biennale du Goût. Une initiative dont on pouvait déjà s'étonner que dans une ville comme Lyon, elle n'existe pas encore.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut