Lyon 2 et l'IEP se disputent les étudiants en journalisme

Alors que l'Institut de Communication de Lyon (ICOM) ouvre en septembre une nouvelle formation au journalisme publique, l'IEP regrette de ne pas avoir été consulté.

L'Institut de Communication de Lyon 2 ouvrira en septembre une nouvelle formation au journalisme. Le parcours "Nouvelles pratiques journalistiques" allant de la licence 3 au master 2 sera mis en place en partenariat avec l'Université Jean Monnet de St-Etienne. Alain Girod, directeur de l'ICOM, voit ce cursus comme "une alternative à l'absence de formation publique au journalisme à Lyon".

"Polémique stérile"

Mais Isabelle Garcin-Marrou, responsable du master journalisme à sciences-po Lyon, voit rouge et rappelle à Alain Girod que l'IEP "a sa spécialité en journalisme depuis 4 ans". "Je regrette qu'il n'y ait pas eu de discussions autour de cette nouvelle formation. J'ai appris son ouverture au moment de la conférence de presse", s'indigne l'universitaire. L'IEP propose à ses étudiants une spécialisation en journalisme au niveau master. "Lyon 2 peut ouvrir les diplômes qu'il veut mais c'est dommage que ça se soit fait sans concertation et que ça porte préjudice à notre formation à l'IEP", développe Isabelle Garcin-Marrou qui reconnaît des "tensions internes et personnelles" entre son établissement et Lyon 2, rattachés par une convention.

"Je ne souhaite pas entrer dans une polémique stérile. L'IEP revendique de plus en plus son indépendance et nous le respectons", réagit Alain Girod, directeur de l'ICOM. "De plus, on ne sera pas en concurrence car on ne s'adressera pas au même public. L'IEP a un concours d'entrée, nous on a un recrutement très populaire et on offrira à nos meilleurs étudiants une formation au journalisme complète." Il se dit cependant "ouvert, à l'avenir, à l'échange d'idées."

"De plus en plus dans une logique d'entreprise"

Mais Isabelle Garcin-Marrou craint surtout "l'arrivée de nouveaux étudiants sur le marché déjà saturé des stages et de l'emploi". Alain Girard répond : "Notre formation sera ouverte sur l'étranger et nous souhaitons que nos étudiants fassent leurs stages ailleurs qu'à Lyon." Quant à Patrick Girard, directeur de l'ISCPA, école de journalisme privée, il pense qu'il y a "de la place pour tout le monde" mais reste sceptique quant aux moyens d'une formation publique. "Ça reste la fac avec les moyens de la fac donc il faudra voir si ce n'est pas trop théorique..."

Dans cette affaire, Isabelle Garcin-Marrou met clairement en cause la loi LRU sur l'autonomie des universités. "On est entré de plus en plus dans une logique d'entreprise et une gestion bêtement comptable qui individualise notre travail de pédagogues et de chercheurs, et c'est dévastateur."

à lire également
Dessin © Isacile
Nombreux sont les élèves à considérer les maths comme leur bête noire. Ce phénomène apparaît généralement au collège, avec les débuts de l’abstraction. Pensant être nuls, ils se braquent. Les devoirs sont bâclés ou faits dans la douleur, les évaluations se transforment en cauchemar et les cours en corvée. Pourquoi les maths cristallisent-elles autant de sentiments négatifs ? Comment réconcilier son ado avec les maths ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut