giordano

La mariée devait-elle se dévoiler ?

Le 9 juin, l'adjointe au maire du 9e arrondissement a demandé à une jeune femme de relever sa "voilette" pour procéder à son mariage. "Une interprétation abusive de la loi qui n'est pas acceptable", réagit Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon.

Le 9 juin dernier, Samira et Ali (1) se disent oui, à la mairie du 9e arrondissement. Pourtant, à la sortie, la jeune femme est en pleurs. Les deux époux fulminent contre l'adjointe qui, quelques instants plus tôt, a demandé à la mariée de relever son voile au moment de la lecture du Code Civil.

Benhamed ()

"Respecter les lois de la République"

"Je les fais toujours se découvrir, qu'elles portent une voilette ou un chapeau", précise Fatiha Benahmed, également conseillère régionale (Europe Ecologie-Les Verts, photo ci-contre). Une requête destinée à vérifier l'identité de la jeune femme. Durant la cérémonie, le malaise était perceptible : l'époux garde le regard baissé et refuse à la fin de serrer la main à l'élue. "Ma religion me l'interdit", lui expose-t-il. "Nous avons la même religion, je pourrais être votre mère", réplique Fatiha Benahmed. Pour elle, elle a simplement "fait respecter les lois de la République".

La circulaire du 22 juin 2010 précise que les futurs époux doivent présenter une pièce d'identité avant leur mariage. Mais cet acte "ne dispense pas l'officier de l'état civil de vérifier visuellement l'identité des époux ainsi que des témoins". "Par conséquent, le port d'une pièce vestimentaire dissimulant le visage d'un des futurs époux ou d'un témoin, quelle ait une vocation religieuse, traditionnelle ou décorative, ne permet pas à l'officier de l'état civil de contrôler le consentement des époux ni de s'assurer de l'identité", précise le texte. Etait-ce le cas le 9 juin ? Le visage était-il réellement dissimulé au point de ne pouvoir procéder à la vérification de l'identité de l'épouse ?

L'élue "a gâché le plus beau jour de leur vie"

kabtane ()

"C'est une interprétation abusive de la loi qui n'est pas acceptable", réagit Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon (photo ci-contre). Pour lui, "la multiplicité des lois contre les musulmans fait que même les élus se perdent en conjecture". La coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI) prend aussi l'affaire au sérieux. Son président Abdelaziz Chaambi, voit dans la requête de l'adjointe un "zèle islamophobe". "On ne peut quand même pas me taxer d'islamophobie !", s'exclame l'élue, musulmane issue d'une famille pratiquante. Un argument balayé par Abdelaziz Chaambi qui connaît "des arabes et mêmes des musulmans islamophobes".

"Cette attitude a gâché le plus beau jour de leur vie", tempête le CRI. Et demander "des excuses publiques" de la part de Fatiha Benahmed et qu'elle soit démise de ses fonctions. Le maire, Alain Giordano, adopte pour l'heure une attitude prudente. Il a commandé à ses services un rapport sur les événements. "J'attends de voir le détail de ce qui s'est passé", explique-t-il, notant ne pas avoir reçu de plaintes de la part des mariés. "Si l'ovale du visage est reconnaissable, on n'avait pas besoin d'aller plus loin", reconnaît l'édile. Une constatation qui est laissée à l'appréciation de l'officier d'état civil. D'ailleurs, les deux maires d'arrondissement que nous avons contactés et qui célèbrent souvent des mariages n'ont pas la même position face à ce cas.

chaambi ()

Ce mardi, l'élu a cependant renouvelé dans un communiqué "son soutien et sa confiance" à Fatiha Benahmed, communiqué co-signé avec le groupe Europe Ecologie de Lyon. Lequel poursuit : "Les accusations sont colportées par ceux-là mêmes qui, il y a quelques semaines invitaient des représentants du Hezbollah et du Hamas à Lyon", visant Abdelaziz Chaambi (photo ci-contre) qui n'avait pu finalement tenir sa réunion publique, faute d'autorisation. Les écologistes voient dans sa réaction "une tentative de déstabilisation contre les élus qui ont à charge de faire respecter la Loi et l'esprit de la République".

Le maire assure qu'il "prendra ses responsabilités", sans préciser si la tête de l'adjointe était en jeu. Il tient pour l'heure à relativiser les faits. Les deux époux ne comptent pas s'exprimer, ne souhaitant pas s'exposer.

(1) Prénoms d'emprunts

14 commentaires
  1. Gérard Eloi - 22 juin 2011

    MM. Kabtane et Chaambi étaient-ils présents à la cérémonie ? Si oui, sont-ils habilités par leurs fonctions à juger de la différence entre voile et 'voilette' ? Marre de cette paranoïa qui, finalement, ne sert qu'à alimenter l'extrême droite.

  2. willycat - 22 juin 2011

    Comme pour tout mariage, l'adjointe a demandé un visage découvert voilà tout. Ils nous cassent les couilles à polémiquer et se positionner en victime. La Mairie a t-elle vécu les arrivées tambours battants de véhicules, motos et quads drapeaux du pays d'origine ? Demander au Maire d'Oullins ce qu'il en pense.

  3. Yvan, de Lyon - 22 juin 2011

    Cette histoire guignolesque, fait passer à la connerie humaine un nouveau stade.Le stade de l'exploitation d'un fait, par des tiers à des fins de visibilité communautariste.La ficelle est tellement grosse, que personne ne pourra l'avaler !La loi en vigueur et l'usage, fixent comme obligation et principe, la présentation d'un visage et une tête découverts.J'espère que le Maire du 9ème arrdt, maintiendra son adjointe, tant à son poste que lors d'autres cérémonies de mariage.

  4. Enzo - 22 juin 2011

    Cette adjointe n'a fait que suivre les lois républicaines qui sont les mêmes pour toutes et tous. Bravo à elle

  5. moutardoné - 23 juin 2011

    Moi, ce qui me choque, ce n'est pas l'attitude de l'adjointe du Maire, qui ne fait que respecter la loi, mais celle du mari, qui refuse de lui serrer la main car 'sa religion l'interdit' !!! Par deux fois, un musulman a refusé de me serrer la main, car je n'étais 'ni sa soeur, ni sa femme, ni sa mère' et que donc, c'était péché de me toucher. Mais où va-t-on ??? Comment ces gens peuvent-ils s'intégrer puisqu'ils refusent le contact ??? Hallucinant !!!

  6. Liberté - 23 juin 2011

    Cessez d'être de mauvaise foi en faisant croire qu'elle cachait son visage d'une voilette. Cette élue a fait preuve tout simplement d'un excés de zèle à cause de sa vision étriquée de la laicité .Elle n'a pas appliqué le droit.Pour preuve,la version de l'élue aux journalistes : 'Nous sommes dans une mairie, il y a des signes ostentatoires qui ne sont pas permis.'(source:20 minutes) Tout est dit dans cette phrase,et personne pour la reprendre et lui rappeler les fondamentaux en droit. En 2005, j'ai subi cet excés de la part d'une fonctionnaire au service d'état civil.Me renseignant sur les formalités pour célébrer mon mariage,on m'informa que je devais retirer mon voile(alors que mon visage était parfaitement découvert)le jour J.Je savais que rien ne justifiait cette pression.J'ai donc demandé sur quelle base juridique la mairie pouvait se permettre de restreindre une liberté religieuse.On a porté à ma connaissance un cas jurisprudentiel.Manque de chance pour l'administration,j'ai lu la décision avec attention,dans cette affaire seul le visage dissimulé de la mariée était contesté.Et voilà concrétement comment dans certaines mairies on se permet d'extrapoler et de réduire le champ des libertés individuelles en exerçer un chantage aux administrés. Eceurée par cet accueil au bureau d'etat civil, j'ai choisi de célébrer mon mariage dans la commune de mon mari.

  7. lyonnais - 23 juin 2011

    Vous l'avez si bien dit chére 'Liberté', seul le visage de cette marié avait le visage fermé. Mais comment était-il voiler? Avec une voilette ou bien un voile opaque comme le rapporte l'adjointe à la mairie du 9ème ? Si il était opaque alors oui l'adjointe à eu raison de lui demandée de le retirer.Et si cela choque certaines personnes, elles n'ont qu'à aller en Arabie Saoudite (un exemple parmi tant d'autres).Monsieur le recteur de la Mosquée de Lyon SVP ne me tapez pas dessus.

  8. Solange - 23 juin 2011

    Désolée mais ce n'est pas à la société de s'adapter aux religions, mais aux religions de s'adapter à la société, n'en déplaise à certains extrémistes de tout bords quelquesoient leurs religions. Cette élue n'a fait que son travail et elle a été courageuse de le faire bien!

  9. marcos - 26 juin 2011

    Pourquoi pas le retour de l'Inquisition et des buchers tant qu'on y est?

  10. mercibeaucoup - 29 juin 2011

    Toute tentative de vous ramener à la raison reste vaine.. Vous avez décidé volontairement et idiotement de soutenir et de vivre le racisme et la haine quotidiennement! Vous vous précipitez presque chaque jour qui se lève dans les forums,dans les articles..qui traitent de l'immigration,de l'islam etc pour vider sans vergogne et impudiquement vos coeurs de son rancoeurs par tous les moyens d'une manière très souvent démesurée envers les minorités sans distinction et sans retenue.Vous êtes mal parti depuis que vous avez assimilé le voile à un couvre chef et pire encore à un signe de soumission alors que les bonnes soeurs catho,elles, se recouvrent la tête et le corps depuis longtemps (et on sait que le christianisme a précédé l'islam)mais ça dérange personne car ces soeurs on les a cloitrée et oubliée malgré elles alors qu'elles sont des françaises et avant tout des personnes en chair et en os qui vivent qui respirent et qui veulent voir le soleil et vivre leur foi comme les soeurs musulmanes sans se faire exclure ou subir des réflexions ou quelconques leçons. Après tout vous et des musulmanes comme cet élue et celles qui sont dans certaines asso. croyez faire une chose énorme et très noble et pour la bonne cause!Au contraire!Heureusement y a certains français qui vous désavoue et qui rejète ce faux patriotisme partial, injuste et inique que vous croyez représenter.Revenez à la raison . ma réaction sera apprécié et diffusée comme les autres qui prônent la haine,j'espère

  11. Gérard Eloi - 29 juin 2011

    @ mercibeaucoup,Si ce n'est pas de la haine, c'est au moins de l'arrogance et du mépris qui ont été déversés par M. Chaambi, président du CRI, qui a eu le culot de demander qu'une élue du peuple soit démise de ses fonctions, parce qu'elle a appliqué un article de loi dans l'exercice de ses fonctions.

  12. mercibeaucoup - 30 juin 2011

    @Gérard Eloi C'est écrit où cet article de loi qui dit que la femme habillée en voile doit l'enlever même s'il n'y a aucun motif d'identification? Si ce n'est que pour voir les cheveux de la personne et quand on sait que cette même personne peut changer de coiffure six fois dans l'année ou même se raser. C'est des gens comme toi et cet élue assimilée dans le mauvais sens car ayant rejeté les coutumes d'habillement de ces propres parents qu'elle décrive comme pratiquants( pour ne pas se faire passer pour une islamophobe) qui quotidiennement vivent dans la haine et qui se permettent en même temps de taxer des victimes et des défenseurs des droits élémentaires de s'habiller et de vivre comme on le souhaitent tant ça ne perturbe pas la sécurité et les bonnes moeurs . C'est pas parce que bon nombre des français sont des athées que les autres doivent les suivre dans leur façon de concevoir les choses! Ce qui est une valeur pour les athées peut être un mal pour les croyants et vice versa. Donc arrêter un peu avec vos leçons de morales incessantes et pénibles. Des gens comme toi sont bien accueillis et traités dans les pays de ces français stigmatisés et on ne vous demande jamais au Maroc ou en tunisie par exemple de se couvrir les cheveux ou de s'habiller comme eux et pourquoi eux ou elles aussi n'ont pas les même droits ici? Réfléchisser et ressaisisser vous un peu les gars.

  13. La miss - 1 juillet 2011

    @Gérard Eloi: tout a fait d'accord avec vous. Cette élue n'a fait qu'appliquer la loi! Les signes religieux, peut importe la religion, n'ont rien a faire dans une Mairie.

  14. Martin de Givors - 19 juillet 2011

    Il faut arrêter, les organisations confessionnelles doivent cesser d'interférer dans les décisions prises par des élus tel ce Mr. BARBARIN chef local de l'église catholique qui part en croisade contre le dispositif Pass contraception initié par les élus régionaux, où ces Mrs. Kabtane et CHAAMBI pour les Mulsumans qui s'autorisent des observations inacceptables en regard de la mission de Mme BENHAMED. Concernant cette mariée, il est évident que l'élue a commis un excès de zèle Républicain qui s'apparente plus à une erreur d'interprétation d'une loi, qu'à un acte dicté par une vision étriquée et ségrégative de la laïcité, et à ce titre elle mérite un rappel à l'ordre de la part du Maire...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut