L'extrême-droite dérape dans une manif' anti-IVG

Il s'agit d'un étudiant de Lyon 2, proche des collectifs anti-fascistes. Le cortège, qui a rassemblé entre 200 et 300 personnes, était parti de l'Hôtel-Dieu rejoindre la basilique de Fourvière pour "adresser une prière de supplication auprès de la Vierge Marie". C'est devant l'hôpital historique de Lyon que l'agression a eu lieu : une dizaine de jeunes de la procession a traversé le quai Jules Courmont en courant vers un groupe de cinq personnes qui longeait le quai. Un individu a été pris à partie par la bande et a été passé à tabac. Bilan : plusieurs points de suture à la lèvre supérieure.

Sur la vidéo tournée par un journaliste de Lyon Capitale, on voit bien les agresseurs retourner se fondre dans le cortège, sans que personne ne dise quoi que ce soit. Pas même la police nationale chargée d'encadrer la manif', justement pour éviter tout débordement...

En réalité, les jeunes agresseurs sont les mêmes qui criaient, la veille, "F comme famille, N comme normal !" dans la contre-manif du FN en marge de la Gay-Pride. Quant à la procession anti-IVG, avec Notre-Dame de Chartres portée à dos d'hommes et des chants religieux chantés à tue-tête sous la direction artistique de plusieurs prêtres, elle était fortement conduite par l'association pro-vie SOS Tout-Petits. Cette association est présidée par le pédiatre Xavier Dor, membre des instances dirigeantes de l'Agrif (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne), une association réputée très proche du Front national. L'étudiant blessé, lui, envisage de porter plainte.

à lire également
Le 23 novembre 2019, le mouvement #NousToutes prépare un rassemblement national contre les féminicides. #NousToutesLyon organise une réunion pour la préparation de la manifestation de l’antenne lyonnaise. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut