Fausse alerte attentat mais important déploiement à Mions

La matinée a été perturbée par le déclenchement de l'alarme attentat d'une école dans cette ville de l'est de la métropole lyonnaise.

Une école confinée, des élèves évacués et un hélicoptère de la gendarmerie en survol de la ville. Le dispositif déployé à Mions était impressionnant ce vendredi matin après que l'alarme attentat du groupe scolaire Fumeux a été déclenchée vers 9h30. Alarme qui alerte automatiquement les forces de l'ordre. Certains élèves ont été mis à l'abri dans un gymnase tandis que les plus jeunes ont été confinés dans l'école. Un périmètre de sécurité a été établi, mobilisant de nombreuses forces de gendarmerie. Les autres écoles de la ville, mais aussi les crèches et le collège Martin Luther King ont été confinés.

Déclenchement intempestif

L'alarme avait en réalité été déclenchée de manière "intempestive", a précisé la mairie. "Une fausse alerte, confirme la préfecture. Mais on préfère en faire trop. On ne prend pas de risque". La situation est revenue à la normale à la m--journée. Le confinement des différents établissements de la ville a été levé. "Les parents qui souhaitent venir récupérer leurs enfants le peuvent, a indiqué la mairie via sa page Facebook. Les cours sont maintenus pour cet après-midi. Le maire a remercié "les forces de l'ordre, la police municipale et l'équipe éducative pour leur réactivité et leur professionnalisme".

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut