Dans le quartier de Gerland © Antoine Merlet

Difficile d’acheter un logement neuf à Lyon en 2020

La Fédération des promoteurs immobiliers de la région lyonnaise dresse le bilan du marché 2020 du logement neuf. Malgré les impacts économiques de la crise sanitaire, les professionnels pointent du doigt un marché sous-tension.

Ce n’est pas une surprise, les chiffres de 2020 sur le marché du logement neuf affichent une baisse marquée. Les ventes par réservation de logements collectifs ont baissée de 33 % depuis 2019, les ventes aux investisseurs privés de 40 %, les ventes aux acquéreurs occupants de 27 %...

Les ventes en bloc, c’est-à-dire les acquisitions d’immeuble ou programme immobilier entier par un unique acquéreur, généralement de gros investisseurs, ont surtout été du fait des acteurs institutionnels du marché, 55 % relèvent de ventes aux bailleurs de logements sociaux.

Le marché lyonnais du neuf sous-tension par manque de logements

La Fédération des promoteurs immobiliers de la Région Lyonnaise et les autres professionnels du secteur pointent un marché sous-tension. L’offre disponible a baissé de 6 % par rapport à 2019. L’effet est immédiat, avec une augmentation du prix moyen du neuf de 7 % par rapport à l’année précédente, soit 5025 euros/m².

Il y a la crise sanitaire certes, mais la fédération oriente également le regard vers la révision du PLU-H (plan local d’urbanisme et de l’habitat de Lyon) et les élections municipales.

Selon la Fédération et ses partenaires il y a urgence à obtenir des permis de construire

Concrètement, les professionnels sont pessimistes pour 2021 du fait de cette contraction du marché. Ils ne manquent pas de noter que "pourtant la demande d’acquisition est bien présente malgré le contexte économique et sanitaire". Leurs demandes sont volontiers alarmistes, "FPI région lyonnaise insiste sur l’urgence que revêtent l’acceptation puis la délivrance des permis de construire par les Maires de la Métropole de Lyon et l’opérationnalité des nouvelles grandes opérations d’aménagement public".

Ils estiment que la demande de toutes les catégories de d’habitants ou d’acquéreurs sont affectées, y compris les locataires du parc privé ou social. Un message que l’invité d’honneur de cette remise de bilan 2020 n’aura pas manqué de noter : Renaud Payre, Vice-président de la Métropole de Lyon à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville.

3 commentaires
  1. JANUS - mar 9 Fév 21 à 18 h 52

    Récession, chômage, dette ne vont pas faciliter le marché pour les primo-accédants.

    Signaler un commentaire inapproprié
  2. Abolition_de_la_monnaie - mar 9 Fév 21 à 19 h 27

    Quand c'est "alarmiste" de la part de commerciaux, ça veut dire "il n'est plus temps de réfléchir !"
    🙂

    Or il est toujours temps pour réfléchir. Les villes surtout comme Lyon, n'ont pas de stocks alimentaires importants (3 jours?) et en temps de crise grave, ce sont les campagnes qui sont aptes à tenir le choc.
    La seule tension qui existe, c'est que des gens veulent payer moins cher pour leur dépense de logement. Et ça, ça ne va pas dans le sens commercial du BTP ni de ces Fédérations des promoteurs immobiliers.

    Donc, surtout, ne pas les écouter ! 🙂

    Signaler un commentaire inapproprié
  3. JANUS - mar 9 Fév 21 à 20 h 45

    Vite un livre pour s'approcher de ce savoir supérieur !

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut