IMG_0292

Dégradations nocturnes à l'université Lyon 2

IMG_0262 ()

La réponse de la force à la force ? Deux semaines après les violences urbaines qui ont émaillé Lyon, des étudiants de Lyon II ont dégradé mardi soir un amphithéâtre et ses abords sur le campus de Bron. En marge d'une nouvelle assemblée générale et de l'occupation des locaux décidée dans la foulée. La présidence a porté plainte.

"L'université Lumière mettra tout en œuvre afin que les constatations scientifiques opérées par la police permettent d'identifier dans les heures qui viennent les individus coupables de ces agissements". La présidence de l'université Lyon II était prolixe ce mercredi matin à propos des dégradations commises la veille dans ses locaux du campus de Bron.

IMG_0280 ()

"Ce mercredi matin, un véritable paysage de désolation a été constaté, a-t-elle écrit, […] l'amphi D, les murs du bâtiment K et une partie de ceux du bâtiment L ont été tagués à plusieurs endroits ; les accès du bâtiment K ont été bloqués par des accumulations de chaises et de tables ; des vitres ont été cassées, des archives de dossiers d'étudiants de l'institut de psychologie ont été brûlées ; des contrôles d'accès et des panneaux d'affichages arrachés ; les extincteurs ont été vidés de leur contenu, les lances incendies déroulées [...]". Un communiqué particulièrement détaillé mais selon la sureté départementale jointe par téléphone mercredi après-midi, même si "la scène d'infraction a bien été passée au crible par l'identité judiciaire", l'affaire ne semble pas plus prioritaire qu'une autre et les prélèvements effectués n'ont pas été traités en urgence. L'enquête n'en est pas moins ouverte.

IMG_0292 ()

"La répression a été très brutale", justifie la FSE

Le représentant de la FSE à Lyon, Fédération syndicale étudiante était présent sur place mardi soir. Il parlait lui de "dégradations mineures". "Ce n'est pas la fin du monde, a-t-il réagi, et ce n'est rien par rapport aux effets des réformes mises en place par le gouvernement, à l'état général du campus -plein d'amiante-, ou encore par rapport à la répression policière lors des manifestations. Plusieurs personnes sont encore emprisonnées à Corbas (au moins six majeurs incarcérés selon nos informations, dont trois en détention provisoire, sans compter les mineurs, NDLR). La répression a été très brutale", termine celui qui se fait appeler Jofquin. Une réponse à la force par la force en quelque sorte.

Chacun se rejette la responsabilité

Mardi, à l'issue des vacances de la Toussaint, une nouvelle assemblée générale d'étudiants, autorisée par la présidence, s'est tenue à Lyon II. Deux cent cinquante personnes y ont assisté (lire notre article). Le soir même, les étudiants ont voté l'occupation des lieux. "Dans la soirée, le président André Tiran est passé nous voir, il est venu constaté l'occupation et vers 22h, il nous a envoyé un mail précisant que la fac était fermée, quand elle n'était pas ouverte", un non-sens selon Jofquin. Un arrêté de fermeture des locaux, selon la présidence. Dialogue de sourds dans lequel chacun se renvoie la responsabilité. Les étudiants parlent d'une présidence qui a autorisé l'assemblée générale et ne pouvait donc s'opposer ensuite à ses décisions ; la présidence selon laquelle brûler des archives relève d'une procédure criminelle.

Le MET attise le conflit

En fin de journée, le MET Lyon, (ancien UNI Lyon III), syndicat d'étudiants de droite, a réagi en jetant de l'huile sur le feu. "Le MET Lyon, écrit son représentant, Guillaume Bonnier, invite le président de l’université Lumière Lyon 2 à faire intervenir les forces de l’ordre en cas de tentative de blocage, comme l’ont déjà fait aujourd’hui les présidents des universités de Saint-Étienne et de Pau".

à lire également
Les enseignants syndiqués du lycée Jacques Brel de Vénissieux critiquent sévèrement l'intervention policière du jeudi 6 décembre, au cours de laquelle un élève a été gravement blessé par un projectile lancé par les forces de l'ordre. Ils pointent une utilisation disproportionnée de la force.
4 commentaires
  1. jerome manin - 3 novembre 2010

    A moins d'une révolution socialiste, certains étudiants ne seront pas fonctionnaire. Le monde est cruel.

  2. willycat - 3 novembre 2010

    Jofquin futur chômeur au Pôle Emploi ou au mieux scribouillard de la section PS locale.

  3. z - 3 novembre 2010

    on auraient bien aimé avoir d'autre photo des dégradation que celle publié par la présidence ce matin.... Par ce que moi après être passé vers 9h00 sur le campus ce matin je n'est personnellement rien vu de bien méchant. on aimerai bien que dans ce genre d'affaire les dire de la présidence, qui ne souffre aucune concurrence au sein de l'université, puissent être contre balancé par votre travail (ou confirmé)

  4. jerome manin - 4 novembre 2010

    @z. Coucouche mairie.

  5. Wasabi - 4 novembre 2010

    La présidence parle de plusieurs dizaines de milliers d'euros de dégâts: c'est beaucoup pour 3 cartons brûlés, un distributeur renversé, des tags sur 2 ou 3 murs et quelques tables 'cassées' ... 'Une réponse à la force par la force en quelque sorte' : personne n'a légitimé ces actes lors de l'assemblée générale, mais au vu des décisions qui devaient être prises en 2 heures seulement, les étudiants n'avaient pas le temps de discuter d'un acte dont ils ne sont pas responsables. Conclusion : le journaliste sur place ne devait pas être très attentif

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut