Euronews
© Tim Douet

“Décue” par le manque d’intérêt, Euronews pourrait quitter Lyon

Dans un entretien accordé à l'AFP, Michael Peters, le président du directoire d'Euronews, a demandé de l'aide aux collectivités lyonnaises et regretté le manque d’intérêt de la ville pour sa chaîne.

Euronews va-t-elle abandonner son cube vert ? Selon l'AFP, la chaîne ne serait plus à son aise à Lyon. Le média installé entre Rhône et Saône depuis sa création en 1993 ne se sentirait pas soutenu par les institutions. “Je me suis battu pour qu'Euronews reste à Lyon [contre un projet de transfert à Bruxelles, NdlR], mais aujourd'hui je suis déçu et je commence à me poser des questions”, confie à l'agence France Presse Michael Peters, président du directoire de la chaîne.

“Pour mes principaux actionnaires, le choix de Lyon ne fait pas sens”, poursuit-il. Le déménagement d'Écully vers son Cube vert de la Confluence ? M. Peters estime qu’il n'a pas permis de faire entrer son média dans “les radars” de la ville. Il souhaite visiblement mettre la pression sur les institutions locales pour obtenir des subventions. “On a besoin d'aide. On ne s'en est jamais caché, dit-il. C'était le deal de départ. Mais ce désintérêt n'est pas seulement financier. (…) Au niveau des services, ça ne suit pas : ils nous perçoivent comme des demandeurs de subventions, alors qu'on pourrait les aider énormément.”

“C'est un peu dingue de ne pas se rendre compte, de ne pas prendre la mesure de l'intérêt d'avoir une entreprise comme Euronews à Lyon (…) On parle de Lyon comme on n'en parlerait jamais si on n'était pas à Lyon”, conclut le président du directoire de la chaîne européenne.

OL  : l’étrange conseiller de Bruno Genesio

à lire également
Mathias Destal, Jean-Pierre Canet, Frédéric Champly et Daphné Gastaldi lors de la présentation de Disclose à Sciences Po Lyon, le 20 novembre 2018 © M. Régis
Entre l'ONG et le média, Disclose veut implanter en France le journalisme d'investigation à but non lucratif afin de “rendre l'information gratuite et sans enjeux financiers”. Ce mardi soir à Sciences Po Lyon, un débat autour des lanceurs d'alerte était organisé pour présenter le projet.
2 commentaires
  1. JANUS - 15 novembre 2018

    En résumé, financez nous, sinon on se casse ! C'est ce qu'on appelle un chantage.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 15 novembre 2018

      Comme pour les aides indirectes pour le 2ème stade géant de Lyon,
      comme pour les ZAC avec allégements de taxes,
      comme pour le CICE,
      etc, etc.
      Tout n'est que chantages avec l'outil monnaie.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut