Présentation de la CCi métropolitaine en présence des trois présidents
© Camille Padilla

CCI métropolitaine : "une chance pour les entreprises"

Le projet de CCI métropolitaine a été présenté hier par les présidents des CCI de Lyon, Roanne, et Saint-Etienne/Montbrison. Tous trois ont salué un projet commun "au service des entreprises", dans un contexte de rationalisation budgétaire. La mise en place de la CCI est prévue pour fin novembre 2015.

Emmanuel Imberton, André Mounier et Jean-Bernard Devernois sont unanimes : le projet de CCI métropolitaine est "une chance pour les entreprises". Réunis au Palais de la Bourse, les présidents de la CCI de Lyon, de Saint-Etienne/Montbrison et de Roanne/Loire Nord ont présenté l'objet de leur réflexion, débutée le 10 juillet 2014. Les dirigeants ont particulièrement insisté sur la réussite de leurs discussions, alors que le projet semblait "impossible pour certains".

"Un projet original"

La CCI métropolitaine est un projet qui dénote, selon les présidents des trois CCI, et qui concrétise "une volonté commune de rapprochement". Il s'agit d'un projet répondant à l'émergence de la métropole politique. Comme le déclare Jean-Bernard Devernois, les trois hommes souhaitent instaurer un "instrument consulaire de même rang qui puisse renforcer la cohérence territoriale, puisque la réalité économique est celle des bassins", et déclarent prendre l'initiative sans attendre l'élan de l'Etat.

Il s'agit également de répondre aux menaces qui pèsent sur les trois CCI, notamment avec la décision gouvernementale de réduire de 37 % les ressources fiscales des CCI en trois ans, et d'opérer à un prélèvement de 500 millions d'euros sur leurs fonds de réserve dès 2015.

"Créer cette métropole, c'est créer de la proximité d'entreprise"

Unanimement, les présidents des CCI déclarent qu'il ne s'agit pas "de s'opposer à la CCI Rhône-Alpes", mais bien de favoriser "la cohérence des actions locales par rapport à l'action régionale". En soulignant l'intensification des liens et des flux de salariés entre Lyon et Saint-Etienne, André Mounier rappelle "l'intérêt qui existe pour nous et pour les cent mille entreprises à réaliser ce projet entre les pôles métropolitains".

Emmanuel Imberton met également en avant des "synergies déjà existantes entre les CCI", rappelant la création du campus d'EMLYON à Saint-Etienne.

"Pas de volonté de sur-représenter Lyon"

Les trois présidents espèrent que la CCI métropolitaine pourra posséder plus que les soixante élus actuellement réglementaires. Les CCI seront représentées par des délégations qui auront droit de regard sur l'ensemble du territoire de la métropole. Pour le moment, la répartition offre quinze élus à Saint-Etienne, six à Roanne et trente-neuf à Lyon. Un chiffre "qui est appelé à changer, la porte étant encore ouverte aux CCI de Nord Isère et de Villefranche/Beaujolais". Les indécis ont jusqu'à la fin de l'année pour rejoindre le mouvement.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
1 commentaire
  1. FOurs - 20 novembre 2014

    ce serait bien de rappeler le rôle de ces élus au sein des CCI, svp !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut