Ballottage favorable pour l'OL Land

L'OL Land devrait donc être un projet d'intérêt général et les collectivités publiques pourront en financer les voies d'accès. Mais cette loi n'a pas réussi à régler définitivement la question du lieu d'implantation du stade.

L'amendement tant attendu par Gérard Collomb et Jean-Michel Aulas a enfin été voté. La loi adoptée, mercredi soir par l'Assemblée nationale, stipule dans son article 13 que désormais : " Les collectivités territoriales peuvent réaliser ou concourir à la réalisation des ouvrages et équipements nécessaires au fonctionnement et à la desserte des installations et équipements ". Ce même article de loi rend aussi les enceintes sportives d'intérêt général. Depuis mercredi soir, le projet OL Land a donc un cadre légal. Et surtout de grandes perspectives de réussite. Le financement est bouclé depuis quelques mois déjà et n'attendait qu'un feu vert des parlementaires. Il est arrivé mercredi. L'Etat, le Grand Lyon, le Sytral ou encore le conseil général pourront financer à hauteur de 200 millions d'euros les voies d'accès au grand stade. Dans la loi votée, figure un garde-fou : les enceintes d'intérêt général devront figurer sur une liste établie par le ministre des Sports. Bernard Laporte, le secrétaire d'Etat aux Sports, a toujours affiché son soutien en faveur du projet lyonnais. Cette étape ne devrait donc être qu'une formalité.

Au mois de juillet, le Grand Lyon va lancer la révision du plan local d'urbanisme afin de transformer les champs du Montout en un stade de football de 60 000 places. Les députés en votant, mercredi, l'article 13 ont rendu possible le projet de Jean-Michel Aulas. Toute la soirée, le député de l'Est lyonnais Philippe Meunier, épaulé par les communistes et quelques collègues UMP du Rhône, a ferraillé pour faire tomber ce texte de loi. " Cela s'est joué à trois ou quatre voix près du Nouveau centre. Le gouvernement était contre moi et le PS s'est abstenu ", regrette-t-il. Seule consolation pour Philippe Meunier : il a fait adopter un amendement qui prévoit que les communes riveraines directement impactées par la construction d'un stade seront consultées. Leur avis ne sera que consultatif et les villes seront appelées à donner leur avis ; une liste sera établie par le Préfet qui s'est montré favorable à l'implantation de l'OL Land à Décines.

" Cet amendement est une vraie victoire ", s'enflamme le député UMP Philippe Meunier. Il s'était entretenu au début du mois de juin avec le premier ministre sur ce sujet et a obtenu la garantie qu'aucun projet ne se ferait sans l'accord des élus locaux. Reste à savoir lesquels : la moitié est pour, dont Décines, l'autre est contre. Mercredi soir, la bataille parlementaire n'a désigné aucun vainqueur par K-O. Mais aux points, Gérard Collomb et Jean-Michel Aulas ont pris le dessus. Pour les opposants au projet d'OL Land à Décines, la guerre n'est pas terminée. Ils espèrent désormais freiner l'avancée du dossier avec des recours. Ils attendent aussi l'avis, non consultatif, de l'Union européenne sur cette loi adoptée par les députés français et autorisant les pouvoirs publics à financer des projets privés.

Paul Terra

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut