Le groupe scolaire Jean-Rostand est régulièrement infesté de blattes
© L.C.

Alerte aux blattes dans deux écoles lyonnaises

Deux écoles lyonnaises des 3e et 6e arrondissements de Lyon connaissent des problèmes "d'invasions de blattes". Les services d'hygiène de la Ville font leur possible pour limiter le phénomène avant la rentrée, mais certains parents d'élèves sont inquiets.

Le groupe scolaire Jean-Rostand est régulièrement infesté de blattes ()

© L.C.

Les blattes ont déjà fait leur pré-rentrée ! Deux écoles lyonnaises, Jean-Rostand dans le 6e et Antoine-Charial dans le 3e arrondissement, sont victimes d'invasions de blattes. Lyon Capitale a d'abord été alerté par un parent d'élève inquiet du problème, qui semble récurrent, à l'école primaire et maternelle Jean-Rostand (92/94 rue Tronchet) : "Les blattes (énormes) grouillent dans la cour, les enfants jouent avec. Elles sont présentes dans le restaurant scolaire, les salles de classe, les toilettes, les salles de sieste... Partout dans l'école", s'alarme ce père de famille, avant de préciser que "des parents ont envoyé des e-mails à la direction, mais la municipalité semble dépassée par le problème".

Vérification faite, l'école est bien victime d'une "invasion de blattes". Des blattes américaines, pour être tout à fait précis. Une "invasion" qui ne date pas d'hier. "Cela fait 20 ans que je suis gardienne, raconte Véronique Hostachy, et il y a toujours eu des blattes. Même si je dois reconnaître que, depuis que je suis revenue ici (au logement de fonction, Ndlr) il y a quatre ans, il y en a moins."

"Le soir, ça grouille de partout"

Au moins, les traitements anti-insectes fonctionnent

© L.C.

"Le problème n'existe pas en hiver, mais au printemps les blattes reviennent. On en a encore un peu à la rentrée et jusqu'au premier coup de froid", poursuit la gardienne, campée sur son pas de porte. Elle a appris à vivre avec les invertébrés : "Le soir, ça grouille de partout", explique-t-elle. Heureusement, "en journée on les voit beaucoup moins". A Jean-Rostand, on peut croiser leur charmante compagnie dans la cour de récréation, où sont situées deux grosses bouches d'égout, par où elles s'infiltrent. On peut en trouver partout au rez-de-chaussée et même dans le réfectoire. "Je dis aux enfants de ne pas les écraser", confie Véronique Hostachy, prévenante. "Sinon ils risqueraient de ramener des œufs chez eux". Joignant le geste à la parole, elle attrape au creux de sa main un insecte mort, déniché dans l'un des halls d'entrée : "Ils peuvent faire jusqu'à la taille d'un pouce".

Pas de colonies de blattes dans l'école

Que fait la municipalité contre cette nuisance ? Trois choses : les services d'hygiène, qui connaissent bien le problème, "procèdent aux repérages des voies d'accès" des intrus ; "posent des pièges à glu tout au long de l'année" et, hors période scolaire, "traitent à l'insecticide l'école". Cette poudre anti-blattes a été dispersée début juillet 2014, dès le départ en vacances d'été des enfants.

Le service de presse de la ville de Lyon précise qu'en complément, dans les jours à venir, "un traitement à l'aérosol sera effectué, notamment au rez-de-chaussée et au niveau des voies d'accès des insectes". La municipalité reconnaît "une invasion de blattes par les égouts et le chauffage urbain", mais souligne "qu'il n'y a pas de présence de colonies dans l'école".

La direction de l'écologie urbaine de la Ville a, en outre, demandé au Grand Lyon un traitement des égouts. Dans le troisième arrondissement, l'école Antoine-Charial (31 Rue Antoine-Charial, 3e ardt.) connaît elle-aussi aussi un problème de bestioles invasives.

Espérons que les agents du Grand Lyon sauront les battre à blatte couture.

à lire également
Nicolas Simiot © Antoine Merlet
À l’approche de la mobilisation du 5 décembre, Lyon Capitale a rencontré Nicolas Simiot, enseignant villeurbannais élu du syndicat SE-Unsa. Réforme des retraites, Gilets jaunes, Stylos rouges, laïcité, mais surtout rôle de l’école…, ce professeur des écoles au parcours atypique n’élude aucun sujet, bien décidé à ne pas attendre “que l’eau boue” pour réclamer que l’on “change de logique”. Notre entretien “Grande gueule” de décembre.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut