Wauquiez : “Queyranne est l’incarnation du laxisme socialiste”

Laurent Wauquiez, candidat de la droite et du centre aux régionales des 6 et 13 décembre, est l’invité de L’Autre Direct ce vendredi. Dans la dernière ligne droite de la campagne, il répond à nos questions sur la sécurité, les impôts, le financement de ses promesses ou encore les TER.

Accusé mercredi dans L’Autre Direct par Jean-Jack Queyranne, le candidat PS, d’exploiter le "business de la peur", Laurent Wauquiez se défend : "J’assume de dire que je souhaite que la région œuvre pour améliorer notre protection. Je ne comprends même pas que M. Queyranne ne comprenne pas cette urgence. C’est l’incarnation du laxisme socialiste. Il nous dit : pour lutter contre les terroristes on va augmenter les subventions aux associations. Ce n’est pas cela qui nous protégera."

Le candidat de la droite et du centre s’explique aussi sur la proposition qu’il avait faite au lendemain des attentats de Paris d’interner les personnes fichées S : "Je ne prends pas le risque d’avoir des terroristes. Il faut agir avant. C’est cette région que je souhaite."

Impôts, économies, permis de conduire des jeunes et “culture joyeuse”

En matière de fiscalité, Laurent Wauquiez dresse le parallèle entre son rival PS et lui : "Jean-Jack Queyranne n’a jamais fait un mandat sans augmenter les impôts. Je suis maire de ma ville depuis sept ans et je baisse les impôts depuis trois ans."

Le candidat Les Républicains promet aussi de réaliser 300 millions d’euros d’économie durant le mandat. Il développe également, dans l'entretien à visionner ci-dessous, sa promesse de financer à 75 % le permis de conduire des jeunes.

Discret sur les questions culturelles depuis le début de la campagne, Laurent Wauquiez promet d’“ouvrir les portes et les fenêtres à ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller dans les grandes institutions culturelles”. “Je veux une culture plus dynamique, joyeuse et moins élitiste”, affirme-t-il.

à lire également
Tarare
Entre Tarare et L’Arbresle, plus de 47 hectares de terres agricoles et d’espaces protégés sont sur le point d’être déclassés afin de permettre l’aménagement d’immenses entrepôts logistiques. Pour les élus en charge du projet, la zone dopera l’économie locale. Pour les opposants, les répercussions environnementales vont à l’encontre des orientations nationales en matière de biodiversité.
2 commentaires
  1. Kasneh - 30 décembre 2015

    Les électeurs ne vous on pas suivi. Ils ont majoritairement choisi Wauquiez. Queyranne a été renvoyé à ses études après 40 ans de présence politique. Lui et Bartolone on tenu le même type de propos tendancieux et démagogiques, dogmatiques ('race blanche, droite extrême' sic). Cela ne fonctionne plus, un peu d'air frais était attendu.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut