infirmière grève HCL
Steven Belfils

Défense des primes aux HCL : "On tue l’hôpital public"

infirmière grève HCL ()

Steven Belfils

Alors que la Chambre Régionale des comptes a demandé aux HCL de supprimer des primes jugées non statutaires, les personnels ont décidé de ne pas se laisser faire. Mercredi 1er septembre au matin, ils se sont rassemblés devant les locaux de leur administration pour un petit-déjeuner solidaire et revendicatif.

Les traits tirés après une nuit passée auprès des malades pour certains, mais une détermination énorme pour tous. Ils étaient un peu plus de 200 membres du personnel des HCL, réunis devant le bâtiment de la direction quai des célestins pour défendre leurs primes jugées non statutaires qui doivent être supprimées le 1er janvier 2011 (Lire notre article) ."On trime sans prime" avaient-ils inscrit sur leurs panneaux. "Je suis rentrée aux HCL en 1981. Depuis le début je fais des nuits et j’ai toujours connu cette prime. Aujourd’hui, si elle est supprimée je m’en vais", affirme Isabelle Nesme, infirmière l’hôpital Femme-Mère-Enfant. "Pour les jeunes c’est une catastrophe. Une infirmière qui débute, après trois ans, d’études gagne 1500 euros, alors sans les primes…", déplore-t-elle. La suppression de ces bonus mérités est déjà effective pour les personnels embauchés depuis le 1er février 2010, ce qui porte un coup notamment aux vocations de travail de nuit, largement moins bien rémunéré qu’avant. "Cette prime a été mise en place en 1974 sous Louis Pradel pour rendre le travail de nuit dans la santé plus attractif", explique Christian Esposito, délégué CGT à Lyon-Sud. « Aujourd’hui on supprime les primes, ce qui provoque une fuite du personnel. On tue l’hôpital publique » estime-t-il. Tous les personnels des HCL ont répondu présent à l’appel des syndicats pour ce rassemblement.

"On nous fait payer les erreurs de gestion"

infirmière en grève ()

Steven Belfils

Infirmières, agents de service hospitaliers, sages-femmes et cadres étaient sur le pont. "On est tous concernés" affirme Karine Massié, cadre infirmier de nuit à l’hôpital Femme-Mère-Enfant. Jacqueline Mignotte, infirmière puéricultrice à la Croix-Rousse, pointe du doigt la direction : "Je suis aux HCL depuis 30 ans et ce qu’on nous fait payer aujourd’hui ce sont les erreurs de gestion qui se sont accumulées. Il est exaspérant de voir qu’on veut supprimer nos primes d’un coté et de constater de l’autre que des dépenses inutiles sont engagées sur le mobilier par exemple, sans que nous soyons consultés." Une délégation d’une quinzaine de représentants du personnel a été reçue à 9h par Alain Collombet, directeur général adjoint des Hospices Civils de Lyon (HCL). Les attentes étaient grandes avant cet entrevu : "Nous souhaitons le maintien des primes. On peut les appeler comme on veut, l’important est qu’elles deviennent statutaires".

"Gérard Collomb doit s’exprimer"

Pendant ce temps-là et après quelques œufs lancés sur la façade des HCL pour la forme, tous les manifestants se sont rendus en cortège jusqu’à l’Hôtel de Ville. "Gérard Collomb est le président du conseil de surveillance des HCL, il doit s’exprimer et rendre des comptes" lance un militant. Mais ils ne rencontreront pas le sénateur-maire de Lyon. Tout au long de l’avancée du cortège dans les rues de la Presqu’île, coups de klaxon et cris de soutient ont prouvé encore une fois l’extraordinaire popularité des personnels hospitaliers auprès du public. Mais à l’issue de l’entrevue avec Alain Collombet, pas d’annonce ni d’avancée spectaculaire. Le combat pour le maintien de ces primes va être long mais le personnel des HCL reste gonflé à bloc.

à lire également
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
ARCHIVE – En 2012, avec 60 000 tonnes de pesticides vendues, la France était le 3e consommateur mondial de produits phytosanitaires. Pour savoir à quel point nous sommes exposés aux pesticides dans notre quotidien, Lyon Capitale avait confié à un laboratoire alsacien des mèches de cheveux de huit habitants de la région lyonnaise, d’âges et de profils variés. Résultats des tests.
1 commentaire
  1. jerome manin - 2 septembre 2010

    Quand il s'agit de brader l'Hôtel Dieu ou de 'gérer' les terrains ou l'Antiquaille, les patrons des HCL savent se faire entendre. Sauront-ils sur un problème humain et social faire autre chose qu'une pirouette pour accuser le gouvernement par exemple ?

  2. Elyonor - 2 septembre 2010

    Que dit la Chambre Régionale des Comptes sur le service et les associations dirigées par M. Jean-Louis Touraine et/ou comme l'emploi de sa femme et du bureau de cette dernière à Edouard Herriot ?Tellement plus facile de s'en prendre aux infirmières, aux forces vives qui travaillent !

  3. jm calther - 2 septembre 2010

    @elyonor/ Jérome : et sinon le commanditaire de la prestation 'dézinguons JL Touraine pour prendre sa place de député' que vous gérez a-t-il des arguments à faire valoir?

  4. Elyonor - 2 septembre 2010

    Paranoïa et délire de persécution ! Admettons votre argument Jean-Marie Calther. Vous nous expliquez qu'il ne faut pas témoigner de dysfonctionnements dès lors que ce serait pour prendre une place ? Quel drôle de raisonnement ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut