Chute mortelle : la victime n’était pas séquestrée

D’après les premiers éléments, la jeune femme décédée après avoir chuté alors qu’elle descendait la façade de son immeuble, à l’aide de draps noués, souhaitait simplement quitter son domicile, sans que sa famille s’en aperçoive.

On en sait désormais un peu plus sur le drame survenu ce jeudi 28 août à Saint-Fons. Une jeune femme de 21 ans a perdu la vie, victime d’une chute, alors qu’elle descendait le long de la façade de son immeuble à l’aide de draps noués entre eux.

D’après les premiers éléments de l’enquête, rapportés par Le Progrès, la victime n’était pas séquestrée dans son appartement situé au 9e étage d’un immeuble du quartier de l’Arsenal. Elle aurait tenté de rejoindre un ami, sans que sa famille le sache. La chute serait survenue à hauteur du 4e étage.

La mère de la jeune fille, en compagnie de qui elle vivait, n’a rien entendu. Elle a été prévenue du terrible événement qui venait de se produire sous ses fenêtres par les policiers. Une enquête est en cours au commissariat de Vénissieux.

à lire également
D'après un dernier bilan de Santé Publique France, 131 personnes sont en réanimation des suites du covid-19 actuellement dans la région. Un chiffre qui augmente très peu depuis quelques jours. Les chiffres des prochains jours seront à scruter de près.
3 commentaires
  1. stivostine69 - 29 août 2014

    Je ne comprends pas : le titre est affirmatif, et factuellement si on en reste la on se dit que l'enquete est bouclée, or l'article est bcp moins affirmatif, expliquant clairement que l'enquete était en cours, car il apparaît etrange qu'une jeune fille majeure de 21ans cherche a descendre du 9EME ETAGE avec des draps juste pour ce cacher de sa famille, non mais sérieusement, celui qui a rédigé le titre y croit-il lui même ?? Elle comptait remonter 9etage et se recoucher ?

  2. stivostine69 - 29 août 2014

    Conclure aussi vite par un titre comme celui de cet article, 48h après un drame d'une extreme gravité, dans un contexte ou il est légitime de se poser des questions qui nécessitent bien plus de 48h d'investigation, laisse un gout amer de 'circuler y'a rien a voir'.De plus, dans le contexte français d'une justice lente, précautionneuse sur la présomption de culpabilité, çà fait bizarre.

  3. stivostine69 - 29 août 2014

    Je précise que je ne dis pas qu'elle etait séquestrée, mais qu'il est impossible de conclure en 48h, et qu'entre etre libre et être séquestrée il y a tout un tas de stades intermédiaires.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut