Admission Post-Bac : ce qui va changer pour les lycéens lyonnais


Par Justin Boche
Publié le 09/11/2017  à 11:04
Réagissez

Chaque année, plus de 150 000 étudiants viennent étudier à Lyon. Très critiqué à la fin de la dernière année scolaire, le système d’admission post-bac (APB) va être réformé par le gouvernement. Une réforme dont la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a dressé les contours ce matin.

Résultat du bac 2012 © Tim Douet_004 ()

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a dévoilé ce jeudi dans Le Parisien les grandes lignes de sa réforme de l'admission post-bac (APB). À la fin de l'année scolaire 2016-2017, les tirages au sort et le très grand nombre d'élèves sans affectation avaient placé le système APB au centre des critiques. Le Gouvernement a décidé de réformer cette procédure. Frédérique Vidal a d'ores et déjà annoncé que le tirage au sort serait supprimé. "Les élèves n’auront plus à classer leurs vœux par ordre de préférence et il n’y aura plus de "tours" pour les réponses à leurs candidatures (...) La plate-forme, qui ouvrira le 15 janvier, permettra aux bacheliers de formuler dix vœux maximum jusqu’à la fin du mois de mars. Ils seront ensuite traités par les établissements et les réponses commenceront à arriver en mai, les unes après les autres", précise-t-elle. Si un élève reçoit plusieurs réponses positives à ses vœux, mais qu'il est sur liste d'attente pour le vœu qu'il préfère, il devra "choisir entre l’un des vœux [auxquels] il a reçu une réponse positive, sans pour autant renoncer aux vœux en attente", annonce Frédérique Vidal.

Des vœux groupés

L'objectif est que les lycéens reçoivent leurs réponses avant le bac, "pour ne pas perturber les candidats, et le processus reprendra après les résultats pour ceux qui n’auraient pas encore trouvé leur formation". Chaque élève aura le droit de postuler dans n’importe quelle filière, même celles en tension comme les Staps, le droit, la médecine ou encore la psychologie. "S’ils ne postulent que sur des filières sélectives, ils le peuvent. Je veux dire aux jeunes de ne postuler que sur des vœux qu’ils désirent réellement. La motivation est essentielle pour réussir", a tout de même conseillé la ministre. Dans les filières surchargées, "un maximum de places" vont être ouvertes. La ministre souhaite aussi améliorer l'orientation : "Nous allons autoriser les étudiants à faire davantage de vœux groupés. [Un élève] pourra par exemple postuler dans une formation Métiers du sport, son dossier sera envoyé à tous les établissements du secteur qui en proposent ; en dernier recours, s’il n’y a pas de place, au lieu de tirer au sort, on prendra en compte la cohérence entre la formation demandée par l’élève et son profil."

Frédérique Vidal a enfin expliqué qu'une "priorité au local [serait] maintenue dans la grande majorité des cas. Mais on autorise aussi un pourcentage de mobilité. Ce quota permettra de donner plus de choix aux élèves et d’éviter que des lycéens soient exclus d’une filière où il y a de la place, simplement parce qu’elle n’est pas dans leur académie".

 

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3/5 (2 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?