Mystère français Couv

Rhône-Alpes, région “catho zombie”... et c’est sa chance !

Les régions relevant du catholicisme “zombie” – vivant au sens social, mais moribond comme pratique religieuse – tirent mieux leur épingle du jeu économique que les autres. C’est l’une des thèses développée par les historiens Emmanuel Todd et Hervé Le Bras dans leur nouveau livre.

La France est coupée en deux, entre un “centre” historique, aux commandes pendant la Révolution, et une périphérie davantage marquée par la religion. Et le grand gagnant n’est pas forcément celui qu’on croit. Selon le tout récent livre (gavé de cartes) des historiens Emmanuel Todd et Hervé Le Bras, c’est bien la France périphérique qui “a pris le contrôle du système national dans les années les plus récentes”.

Catholicisme zombie

Les deux auteurs développent particulièrement la notion de catholicisme zombie” : à peu près mort en tant que pratique religieuse, mais encore très vivant au sens social. Ainsi la région Rhône-Alpes était-elle un bastion catholique, donc relevant d’une tradition moins individualiste, moins égalitaire que les régions historiquement centrales” (Bassin parisien, façade méditerranéenne). Or, ce second groupe semble traverser une sorte de “dépression post-communiste”. Il tire moins bien son épingle du jeu dans la globalisation.

Une France optimiste

Todd et Le Bras voient donc se dessiner deux France : une démoralisée, paralysée par la hantise du déclassement social, et l’autre plus optimiste, plus dynamique, qui prend l’ascendant. À cette fracture, plusieurs raisons possibles. Les régions anciennement catholiques acceptent mieux l’autorité des patrons. L’inégalité – inhérente à la mondialisation et à ses conséquences – y paraît plus acceptable, ce qui leur donne un avantage indéniable sur l'autre France”. Peut-être aussi traversent-elles une période d’optimisme, libérées qu’elles sont du carcan d’un système religieux qui a lutté contre la modernité et la vision républicaine de l’instruction.

Plus proche du Japon que de la Méditerranée

Autre particularité notable de notre région, “développement éducatif et industrie sont territorialement associés, humainement soudés”. En clair, les structures familiales, le niveau d’éducation et le fonctionnement de l’industrie créent chez nous, par synergie, des effets bénéfiques. Un cas de figure qu’on ne retrouve qu’en Alsace et autour de Toulouse (depuis que l’État y a implanté un secteur aéronautique). Ces caractéristiques nous rapprochent même de l’Allemagne et du Japon !

Bref, la convergence que l’on croyait voir à l’œuvre à l’échelle nationale est largement illusoire, et les auteurs appellent nos dirigeants à mieux tenir compte de cette étonnante diversité française. Et cesser, enfin, d’aggraver la situation du pays “par des politiques économiques inadaptées”.

-----

Le Mystère français, Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, coédition Seuil/La République des Idées (336 pages).

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut