Lyon, 26e ville mondiale où il fait bon vivre pour les startupers

D’après un classement réalisé par la société Nestpick, Lyon serait la 26e ville mondiale la plus accueillante pour les personnes travaillant dans des start-up. Parmi les 85 agglomérations prises en compte, Singapour arrive en tête et Paris est à la 17e place.

L’attractivité de la cité des Gones n’est plus à prouver. Un nouveau classement vient conforter un peu plus encore l’image attrayante de Lyon. L’entreprise Nestpick, spécialisée dans la location de logements, a réalisé une étude à propos des villes mondiales les plus accueillantes pour les personnes travaillant dans des start-up. Sur les 85 agglomérations retenues, Lyon figure parmi les 30 meilleures, à la 26e place. Derrière la première ville française, Paris (17e). San Francisco n’est que 3e, derrière Helsinki et Singapour.

Pour établir ce comparatif, Nestpick a pris en compte cinq grands critères : l’écosystème des start-up, le salaire, la sécurité sociale et les prestations, le coût de la vie et la qualité de vie. Paris, Lyon, Nantes, Toulouse, Nice et Marseille – les seules villes françaises classées – trustent les six premières places en ce qui concerne la qualité du système de santé.

Au classement général, Lyon est même située devant des villes comme Dubaï, Barcelone, New York, Londres, Tokyo, Los Angeles ou encore Moscou. Rien d’étonnant quand on sait que le chef-lieu de la région Auvergne-Rhône-Alpes est élu “meilleure ville française pour entreprendre” depuis quatre ans, par le magazine L’Expansion. Un statut que la métropole lyonnaise entend bien préserver, notamment en organisant des événements importants dans ce domaine, tels que le Blend web mix.

à lire également
Des pas-de-porte des quartiers branchés au seuil de réseaux plus sages, une nouvelle génération de trentenaires est en train de monter à Lyon. Des entrepreneurs qui revendiquent la qualité de vie plus que l’argent comme idéal. Avec leurs codes novateurs des métiers du design et de la communication digitale, ils développent des concepts hybrides séduisants, mais bien rentables. Une jeunesse mondialisée difficile à étiqueter qui dépoussière sérieusement l’image du chef d’entreprise lyonnais traditionnel et ringardiserait presque celle du start-upper.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut