Réélection de Gérard Collomb le 5 nov 2018 © Tim Douet

L’étonnant commanditaire d’un sondage sur les municipales à Lyon

Un sondage Ifop publié ce jeudi par Paris Match renforce l’idée d’une double investiture de Gérard Collomb à la ville de Lyon et à la métropole. Une enquête commandée par un mystérieux think tank “Lord Nelson”, qui s’avère être une conciergerie basée à Sainte-Foy-lès-Lyon*.

“Lord Nelson a pour mission de répondre à toutes vos demandes, de la plus simple à la plus incongrue.” Aussi retrouve-t-on cette conciergerie, rebaptisée “think tank” pour l'occasion par Paris Match, comme commanditaire du dernier sondage Ifop sur les municipales à Lyon. Que diable une entreprise qui propose d'organiser “voyages, séminaires et réceptions” irait faire dans la course aux municipales à Lyon ? Contactée, Caroline Auclair, présidente de Lord Nelson, affirme pourtant bien “avoir commandé cette enquête d’opinion”. Ses motivations ? “On a bien commandé ce sondage. On travaille efficacement et toujours avec confidentialité”, répond-elle sans plus de précision.

En réalité, la cheffe d'entreprise n'est pas étrangère au microcosme politico-économique lyonnais. Ancienne journaliste du Progrès, elle est aussi responsable de la relation avec les élus du groupe Cardinal, propriété de Jean-Christophe Larose. Un promoteur immobilier dont les relations avec Gérard Collomb ont fait l'objet de très nombreux articles de Lyon Capitale (lire notamment ici). Jean-Christophe Larose est aussi actionnaire minoritaire de Lord Nelson, en compagnie de Philippe Grillot, ancien président de la CCI.

“Une ficelle un peu grosse”

Assez pour que l'opposition locale y voie un nouveau coup de Trafalgar. “On n’a pas commandé de sondage, explique un élu LR. Pour moi, Lord Nelson, ce n’est pas un think tank mais une conciergerie. La conclusion de ce sondage, c’est que Gérard Collomb doit être candidat aux deux élections. La ficelle de la manipulation est un peu grosse.” L'enquête de l’Ifop teste en effet deux options. Une avec Gérard Collomb candidat, l'autre sans. Dans la première hypothèse, le maire de Lyon obtiendrait 27 % au premier tour (-9 points par rapport à 2014). Dans la seconde, “l’équipe de ses soutiens, testée sans nom précis”, obtiendrait 17 % des intentions de vote, en 2e position derrière l'élu EELV Grégory Doucet (20 %).

“La patte de LREM” pour forcer l'idée d'une double investiture de Collomb à Lyon ? se demande un proche de David Kimelfeld qui assure ne pas être à l'origine de la publication non plus. Du côté du maire de Lyon, on nie aussi être à la barre. “Je ne connais pas les personnes qui ont payé ce sondage. Nous n’en avons pas commandé. En ce moment, il y en a toutes les semaines, dans les journaux. Les autres s’en chargent pour nous. Si on peut s’éviter de dépenser de l’argent...” explique Renaud George, directeur de campagne de Gérard Collomb et de “Prendre un temps d’avance”.

La République en Marche n'a encore accordé aucune investiture pour l’élection à la mairie de Lyon. Ce sondage pourrait bien aiguiller leur choix. “Gérard Collomb ne s'est pas encore positionné pour dire s'il sera candidat à la métropole et à la ville de Lyon. Je ne vais pas le faire à sa place”, botte en touche Renaud George. Mais s'il le voulait, le maire de Lyon a désormais, avec ce sondage, de beaux arguments à faire valoir.

*Basée initialement dans le 6e arrondissement, l’entreprise a déménagé à Sainte-Foy-lès-Lyon “depuis trois ans”, nous a précisé Caroline Auclair.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut