Capture d’écran 2012-10-30 à 10.12.36

Vidéosurveillance à Lyon : un pas de plus vers la transparence du dispositif

Célèbre pour avoir été la première ville en France à se doter d'un collège d'éthique de la vidéosurveillance en 2004, Lyon a publié cet automne un guide qui livre pour la première fois les grandes lignes des mécanismes qui garantissent la liberté de ses citoyens. Explications.

Capture d’écran 2012-10-30 à 10.02.10 ()

L'événement marquera certainement le mandat de Daniel Chabanol, président du collège d'éthique de la vidéoprotection des espaces publics lyonnais. L'ancien président de la Cour Administrative d'Appel de Lyon a présenté lundi la nouvelle charte d'éthique de la ville de Lyon en la matière. L'idée étant de réactualiser cette charte datant de 2004.

L'idée lui est venue en 2011 au moment de l'adoption de la loi de sécurité intérieure, Loppsi II, remplaçant le terme de vidéo-surveillance par celui de vidéo-protection. Les débats de juillet au conseil municipal à propos de l'installation de 54 nouvelles caméras l'ont conforté dans cette idée.

Rendue publique ce lundi, et bientôt disponible sur le site Internet de la Ville, la nouvelle charte d'éthique détaille, pour la première fois, les dispositions prises par la Ville pour préserver la liberté des Lyonnais. Le principe de masquage dynamique occultant automatiquement les partie privées situées dans le champ des caméras y est expliqué, tout comme le délai de conservation des images de quinze jours au lieu d'un mois comme prévu par la loi, etc. "Nous voulions mettre fin à certains fantasmes, répondre aux questionnement des uns et des autres pour permettre à tous de débattre du sujet sur la base d'éléments concrets", précise Daniel Chabanol.

10 % du territoire lyonnais couvert par la vidéoprotection

Capture d’écran 2012-10-30 à 10.12.36 ()

Jean-Louis Touraine (photo), premier adjoint au maire délégué à la tranquillité publique, rappelle quant à lui que l'installation de caméras dans l'espace public a été décidé sous Raymond Barre à Lyon, poursuivi par Gérard Collomb. "Il a été décidé à l'époque de respecter deux principes : ne jamais attenter à la liberté des citoyens, et ne pas gaspiller les deniers publics en installant des caméras partout". L'objectif numéro 1 est garanti selon le député par l'existence d'un collège d'éthique composé de 17 membres indépendants "sans aucun lien avec les élus ni avec aucun fabricants de caméras", précisent le président du collège d'éthique et le 1er adjoint. Premier du genre en France, ce collège d'éthique est garant de la bonne application de la charte revisitée cette année.

Lyon compte 251 caméras à l'heure actuelle, installées ou redéployées en fonction des "dysfonctionnements" dans les différents quartiers de la ville ou des lieux de festivités (berges du Rhône et demain, Rives de Saône). Chacune à une portée de 150 mètres environ et peut être mise à disposition de la police nationale en simultanée en cas d'atteintes aux biens et aux personnes. 10 % du territoire lyonnais est couvert.

à lire également
1 commentaire
  1. bruno - 1 novembre 2012

    Sous-surveillance : un clip et plus de 1000 caméras recensées à LyonLe site Lyon.sous-surveillance.net, projet de cartographie collaborative de la vidéosurveillance, compte déjà plus de 1000 caméras recensées à Lyon. Le site n’attend que votre participation et vos visites. Les sites d’autres villes sont en cours de lancement.le clip et les liens : http://rebellyon.info/Sous-surveillance-net-un-Clip-et.html

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut