accueil réfugiés lyon
©Tim Douet

Rhône : une vingtaine de migrants mineurs de Calais sont partis

Plus de la moitié des migrants mineurs arrivés de Calais dans le Rhône, à l'automne 2016, ont déjà quitté leur centre d'accueil.

Ils étaient 36, ils ne sont plus que 15. Le Progrès révèle ce jour que moins de la moitié des mineurs soudanais arrivés en octobre dans le Rhône sont encore présents. Ils avaient été accueillis, suite au démantèlement de la lande de Calais, dans le Centre d'accueil et d'orientation pour mineurs isolés (CAOMI), géré par la Fondation OVE à Châtillon-d'Azergues.

Trois rapprochements familiaux

De nombreux "fugueurs", jusqu'à 26 au total, sont partis, principalement la semaine avant Noël. Mais certains sont revenus, et il ne sont plus que 15 aujourd'hui. Trois ont pu rejoindre l'Angleterre dans le cadre du rapprochement familial. À noter qu'en décembre, dans l'Ain, le CAOMI de Bourg-en-Bresse dénombrait le départ légal de neuf mineurs vers le Royaume-Uni, sur un total de 46 accueillis.

En revanche, pour les autres, l'espoir de passer outre-Manche s'amenuise. Ceux qui n'ont pas déserté le Centre vont relever du dispositif d'aide sociale à l'enfance, et/ou pouvoir déposer une demande d'asile. Pour ceux qui sont partis seuls (mais qui ne sont pas assignés à résidence, le CAOMI n'étant pas une prison), parfois en direction de Paris, de la Belgique ou de l'Angleterre, indique au Progrès la préfecture, ils demeurent "sous la responsabilité de l'État" et sont signalés à la gendarmerie.

à lire également
Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Le texte final de la loi asile-immigration a été adopté ce mercredi 1er août à l’Assemblée nationale. Une décision qui ravit le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, mais ne satisfait pas l’opposition, pour des raisons différentes.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut