Le comité lyonnais des amis d'Obama reçu à l'Elysée

L'après-midi, les amis lyonnais ont rencontré pendant une heure, le chef d'Etat français et son équipe présidentielle pour discuter d'un projet " Diversité-Unie " fait autour d'une future institution, " le Conseil consultatif de la diversité ". Ce projet qui prendrait la forme d'un " mouvement national pour la France de 2009 " serait le regroupement de nombreuses associations qui travailleraient ensemble sur le thème -vaste- de la diversité.

Le comité a également été chargé par le Président de l'élaboration en quinze jours d'une charte en dix points. Cette charte sera avant tout éclectique et abordera des domaines clés tels que le monde du travail, l'économie, la culture ou les compétences. Le thème de la diversité restera cependant l'étendard de la charte.

Mustapha Ghouila, vice-président du comité des amis lyonnais d'Obama, se dit " très satisfait " de la rencontre avec Nicolas Sarkozy. " Le président est le promoteur de la diversité et de la discrimination positive, même ministre de l'Intérieur, il a réformé la double peine ", ajoute-t-il. Le vice-président du comité a confiance en l'action du chef d'Etat concernant l'objectif de diversité. " Maintenant que la diversité est représentée, il faut qu'elle soit acceptée par le pays, c'est le prochain but ", conclut le vice-président du comité.

Le président français n'a pas fait mention de la victoire d'Obama pendant la rencontre. Mais selon Mustapha Ghouila, il y a assurément un " effet Obama " qui a permis cette rencontre. Le porte-parole du comité rétorque " Nicolas Sarkozy n'a pas attendu Obama pour nommer des personnes d'origine noire dans ses rangs, ce qui n'est pas le cas de la Gauche ".

Au sujet de Nicolas Sarkozy, Mustapha affirme que " le président a été sensible et très à l'écoute. Il a été très sympathique. Il nous a même invité dans le train présidentiel, aux commémorations du 11 novembre à Verdun, c'était un beau geste, élégant. La commémoration a été un grand moment d'émotions, c'est l'Histoire de France ".

Concernant la fameuse invitation de Barack Obama à Washington D.C, " il faudra malheureusement attendre quelques mois après la mise en place de Barack au pouvoir pour prévoir une visite à la Maison Blanche " souligne le lyonnais aux airs impatient. Il ajoute : " Mais grâce à David Plouffe, son directeur de cabinet, une rencontre avec Obama en personne reste possible. " On est rassuré.

Julien Lamy

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut