L214 publie une nouvelle vidéo-choc sur un abattoir de Limoges

L’association L214 a dénoncé ce jeudi les pratiques d’un nouvel abattoir situé à Limoges.

Ce jeudi, l'association L214 a rendu publiques plusieurs vidéos tournées dans l’abattoir de Limoges, l'un des plus gros abattoirs publics de France. Des vidéos qui dénoncent l'abattage de vaches gestantes où l'on peut voir l’ouverture d’utérus de vaches contenant des fœtus de tous âges et parfois des veaux sur le point de naître.

Un employé choqué à l’origine de la vidéo

Ces images ont été tournées entre, mai et septembre 2016. "Les images ne laissent aucun doute quant à la gravité de la situation, malgré les inspections mandatées par le gouvernement dans les abattoirs français en avril 2016 - qui n’avaient relevé à Limoges aucune non-conformité majeure", indique l'association.

À l'origine de ces vidéos, un employé qui travaillait depuis plus de 6 ans à l’abattoir de Limoges qui a contacté. "Choqué par le nombre de foetus (des dizaines chaque semaine) et de veaux prêts à naître jetés à la poubelle, il a filmé une partie des images (l’ouverture des utérus). Il souhaite s’engager aujourd’hui pour qu’une loi interdise l’abattage des vaches gestantes", poursuit L214.

Une plainte et une pétition

"Après les scandales d'Alès et de 5 autres abattoirs en à peine une année, ces nouvelles images sont la preuve, s'il en fallait, que les abattoirs sont toujours des lieux de violence et de souffrances intenses pour les animaux. Cette réalité devrait nous amener à envisager sérieusement d'abandonner nos habitudes alimentaires carnées, étant donné l'ensemble des alternatives à notre disposition pour nous nourrir aujourd'hui. Par ailleurs, s'il est une mesure immédiate à prendre d'urgence, l'abattage de vaches gestantes compte parmi les atrocités qu'aucune société civilisée ne saurait justifier", a déclaré Brigitte Gothière, porte-parole de L214.

L'association a d’ores et déjà porté plainte contre l’abattoir auprès du Tribunal de grande instance de Limoges. Dans le même temps, l’employé de l’abattoir et L214 lancent conjointement une pétition demandant l’interdiction en France de l’abattage des vaches au moins lors du dernier tiers de leur gestation.

Faire défiler vers le haut