Jean-François Carenco préfet (aussi) des mondes engloutis

Le préfet de Rhône-Alpes, Jean-François Carenco vient d'être nommé président du conseil d'administration de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse. Une attribution qui s'ajoute à d'autres parfois particulièrement surprenantes.

La carte de visite de Jean-François Carenco sera bientôt un format A4. Le représentant de l’État dans le Rhône vient en effet d’ajouter une ligne à sa liste de fonctions. Sur décret du président de la République, publié ce jour, il vient d’être nommé “président du conseil d’administration de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse”, la structure chargée de veiller à l’application de la politique nationale en matière d’eau sur le bassin méditerranéen français.
Mais Jean-François Carenco porte encore 6 autres casquettes, parmi lesquelles celles de préfet de Rhône-Alpes et préfet du Rhône, mais également préfet de la région de défense Sud-Est. Pour rester dans la thématique aquatique, Jean-François Carenco est aussi “préfet coordonnateur de bassin Rhône Méditerranée”. Il s’agit pour lui de coordonner les actions des préfets en matière de gestion de l’eau sur 7 régions et 27 départements du sud de la France.
Moins courant, Jean-François Carenco s’est vu confier par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, et le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, une mission de “coordination interrégionale du plan d’action national Loup”. Cette fonction atypique n’est pourtant rien à côté de son titre de “préfet en charge des zones palafittiques”. Une curiosité locale, puisque les palaffites sont les “constructions lacustres du néolithique récent”, dixit Le Petit Robert. Les zones palafittiques se situent dans les régions alpines et subalpines d’Europe et présentent des vestiges d’établissements préhistoriques datant de 5000 à 500 av. J-C, qui sont majoritairement situés sous l’eau.

à lire également
Squat (photo d'illustration)
Depuis plus d'un an, une habitante de l'agglomération de Lyon vivait un vrai cauchemar. Une famille de squatteurs avait pris possession de sa maison. La justice a estimé que la trêve hivernale ne pouvait être opposée et la préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes a fait procéder à l'évacuation des lieux, elle s'en explique. 
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut