Sans papiers : parrainage républicain collectif à la mairie de Villeurbanne

Un moyen pour les parrains et marraines de " soutenir ces personnes sans droits sur le territoire français ".

Arméniens, bosniaques, ivoiriens... Sept familles sans-papiers ont été parrainées républicainement hier à l'Hôtel de ville de Villeurbanne. " Cet acte est symbolique, il n'a pas de valeur juridique. Mais c'est un acte qui conduit à une protection supplémentaire pour ces familles ", a déclaré le maire Jean-Paul Bret.

Benamer, sans-papiers algérien, est en France depuis 2003. Membre d'un parti politique laïque, il a dû fuir la Kabylie avec sa femme et son enfant. " Ce parrainage, ça signifie que la mairie de Villeurbanne s'engage pour nous ", analyse-t-il. Et à partir de maintenant, il pourra aussi compter sur Alexandra, professeur d'histoire-géographie qui est devenue sa marraine. " Il pourra m'appeler s'il a besoin d'aide dans des démarches administratives ", indique-t-elle. " Mais c'est avant tout symbolique. Il s'agit de montrer qu'on est contre la politique d'immigration actuelle. "

Thierry, membre de la Cimade, parraine pour la deuxième fois une famille de sans-papiers. " Ils sont bosniaques, ils ont une histoire très dure. Ils sont musulmans et une bonne partie de leur famille a été assassinée ", explique-t-il. " J'ai repéré des ratés dans leur dossier, je vais revoir ça avec la Cimade ". Marie-Hélène n'est pas marraine, mais elle l'a déjà été. Membre de RESF, elle s'irrite : " la loi est centrée sur l'immigration choisie, sur la théorie. Mais le jour où on rencontre une famille qui explique qu'elle se réfugie à Carrefour quand elle ne trouve pas où dormir, on ne peut pas rester insensible ! ". Depuis 2005, ces parrainages ont lieu tous les six mois à Villeurbanne. Une centaine de familles ont été ainsi parrainées.

Cécile Mivière

à lire également
Bâtiment squat villeurbanne
Samedi 23 juin, le collectif Amphi Z Lyon organise une grande fête culturelle dans l’enceinte de la cour dès 10h, rue Baudin à Villeurbanne.  Depuis novembre 2017, un collectif d’étudiants de l’Université de Lyon 2 héberge des personnes expulsées de la Plateforme de la Part-Dieu. Après avoir ouvert l’Amphi C à Bron, ils ont dû […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut