Capture d’écran 2013-03-13 à 17.37.13

Le premier collectif de musulmans contre le mariage gay est né à Lyon

Pour la première fois en France, une vingtaine de musulmans se sont rassemblés pour former un collectif contre le projet de loi Taubira. Prenant son essor à Décines, ce collectif nommé “Les musulmans pour l’enfance” vise à sensibiliser les citoyens de confession musulmane sur les conséquences de la loi.

Il y a eu l’image de Mgr Barbarin, archevêque de Lyon, manifestant au côté de Benaissa Chana, le président du conseil régional du culte musulman le 13 janvier. Il y aura désormais l’image des anonymes catholiques aux côtés des anonymes musulmans. Ce collectif revendique haut et fort son indépendance vis-à-vis de ses propres autorités religieuses. "Nous sommes avant tout des citoyens", explique son porte-parole, Abderrahmane Ait-Rabah. Agé de 46 ans, travaillant dans le transport, il a pris connaissance du mouvement lors de distribution de tracts contre le mariage pour tous devant les mosquées.

La parole de l’enfant pas entendue

"On n’a pas posé la question à l’enfant, on n’a pas demandé son avis", explique Abderrahmane Ait-Rabah. Il justifie ainsi le nom que porte le collectif né le 22 février dernier, qui rassemble une vingtaine de membres, hommes et femmes, tous de confession musulmane. Son principal objectif est de sensibiliser une population qu’il juge parfois éloignée de l’information.

“Nous voulons bien leur expliquer que la loi n’est pas encore votée”, ajoute-t-il. Enfin presque, puisque le projet de loi Taubira est passé en première lecture devant l’Assemblée nationale et doit désormais être discuté au Sénat. Sauf coup de théâtre, comme un retrait du texte par François Hollande, la loi sera bel et bien adoptée par le Parlement.

Tous à la manif du 24 mars

Le collectif s’est rapproché des responsables d’En marche pour l’enfance, une association née à Lyon et fer de lance de la "Manif pour tous". "Nous sommes pleinement à leur côté", confirme Abderrahmane Ait-Rabah. Le collectif appelle donc à manifester le 24 mars prochain à Paris. Dans leur lutte "pour protéger l’institution républicaine du mariage", comme le souligne un communiqué, les membres organiseront une réunion publique ce jeudi à Meyzieu. Ils ont même créé un site Internet, afin de rassembler un peu plus que 20 personnes.

De son côté le conseil régional du culte musulman par la voix de son président indique "ni soutenir, ni s’opposer" à ce collectif. Si Benaissa Chana avait participé à la manifestation du 13 janvier dernier, il ne participera pas à la prochaine pour des raisons personnelles. Il tient cependant à préciser que "les musulmans qui manifestent le font avant tout par convictions et non contre un gouvernement ou François Hollande."

à lire également
David Gréa, à Paris, en mai 2018 © Tim Douet
Son histoire est celle d’un prêtre hyper médiatique qui a déplacé les foules à Sainte-Blandine, la paroisse “derrière les voûtes”, en bousculant les codes à grands coups de “pop louange” version Église évangélique américaine, qui est tombé amoureux, s’est marié et est devenu papa. Notre entretien “Grande Gueule” de juin.
3 commentaires
  1. hemax - 13 mars 2013

    ils ont pourtant massivement voté pour Hollande... un programme politique n'est pas un programme à la carte! Et pourquoi ne pas se ranger à côté des autres anti ? Cette distinction dans un pays laïque est elle indispensable?

  2. Sophie_Lyon - 13 mars 2013

    La loi sera votée et tant mieux ! Je ne comprends toujours pas ou est le problème, sauf à être homophobe;

  3. questionnment - 13 mars 2013

    Y'a combien d'adhérents ? Deux et demie?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut