CE Indelicato : “partager mon intérêt pour la recherche” #MT180


Par Clément Duffau ,  Elise Anne (vidéo)
Publié le 08/04/2017  à 18:00
Réagissez

14 doctorants. 14 thèses. 3 minutes, et pas une seconde de plus au chrono. L’Université de Lyon participe pour la quatrième année consécutive au concours “Ma thèse en 180 secondes”. L’an dernier, Mathilde Petton et ses recherches sur les bases neuronales des fluctuations spontanées de l’attention avait su convaincre le jury. Cette année encore, 14 doctorants vont présenter leur projet lors de la finale lyonnaise le 20 avril.
Avant de les découvrir sur scène, Lyon Capitale vous propose de les rencontrer en avant-première sur son site. Chaque jour, nous laissons la place à un doctorant et une thèse (du génie civil aux neurosciences en passant par la chimie). Il a trois minutes pour rendre passionnant son sujet, souvent pointu et rempli de mots techniques. Un seul d’entre eux sera retenu pour participer à la finale nationale.

La candidate du jour : Indelicato Claire-Emmanuelle

Claire-Emmanuelle Indelicato
Tim Douet
Claire-Emmanuelle Indelicato

ENS Lyon

Sciences de la vie / Biologie moléculaire intégrative et cellulaire

Intitulé de la thèse : Caractérisation des mécanismes impliqués dans la promotion de croissance de la drosophile par le micro-organisme commensal Lactobacillus plantarum

Son parcours en cinq dates

2009 – bac STL spécialité Biochimie et génie Biologique

2011 – BTS de biotechnologie

2012 – Licence de génétique et biologie cellulaire à l’université Claude-Bernard Lyon 1

2014 – Master de génétique, biologie cellulaire et pathologie à l’université Claude-Bernard Lyon 1

2014 – Début de thèse à l’ENS Lyon

Quel est l’objet de la thèse en quelques mots ?

L’objectif de la thèse de Claire-Emmanuelle Indelicato est de comprendre les mécanismes génétiques par lesquels l’ensemble des micro-organismes intestinaux impactent la croissance. Pour cela, elle travaille sur une mouche, la drosophile, et essaye de comprendre comment les bactéries intestinales impactent sa croissance. "Si on arrive à comprendre quelle est la bactérie et comment elle module notre croissance, cela pourra être utilisé soit pour des enfants en sous-nutrition, soit pour d’autres ayant des maladies touchant leur métabolisme", explique-t-elle.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Fascinée depuis toujours par le fait que les êtres vivants ne soient pas seuls dans leur corps, Claire-Emmanuelle explique sa volonté de travailler sur ce thème pour "participer, à son échelle, à la compréhension de l’impact des bactéries sur le corps et la physiologie".

Pourquoi participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Pour Claire-Emmanuelle Indelicato, la recherche est essentielle à l’avancement de la société et à la compréhension du monde. "J’aime participer aux événements de vulgarisation et de diffusion des sciences pour promouvoir et partager mon intérêt pour la recherche scientifique", explique-t-elle. Passionnée par son sujet, la future doctorante ajoute avec humour que sa participation au concours lui permet aussi d’"expliquer à quoi sert de travailler sur des mouches”.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.8/5 (33 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.