Rhônexpress
© Mr. Ibou

Rupture Rhônexpress : le Sytral examinera les conséquences

Jeudi, David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon a annoncé la résiliation du contrat de concession Rhônexpress, navette qui va jusqu’à l’aéroport Saint-Exupéry. Le Sytral annonce faire examiner les conséquences.

La renégociation du contrat Rhônexpress a échoué. Le délégataire n'est pas parvenu à faire une proposition acceptable. Jeudi, David Kimelfeld, président de la métropole, a annoncé “la résiliation du contrat” (lire ici).

Il explique sa décision par une volonté “d’offrir une tarification véritablement attractive et de redonner à la collectivité tous les leviers pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’Est lyonnais” et demande au Sytral d'organiser un vote.

La présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, a apporté une réponse, annonçant “prendre acte de la demande du Président de la Métropole de résilier unilatéralement le contrat de concession avec Rhônexpress”, mais aussi qu’elle va faire examiner les conséquences exhaustives qui en découlent sur les plans juridique, financier et d’exploitation”. Ces éléments seront fournis aux élus du Sytral lors d'un comité syndical extraordinaire organisé prochainement.

Des enjeux de taille

Trois enjeux sont à distinguer : le montant des indemnités que pourrait verser la métropole en cas de rupture (estimées entre 35 et 60 millions d'euros), le risque juridique et celui de l’exploitation. Sur ce point, la métropole indique que la résiliation n'aura “aucun impact pour les usagers, le service continuant à être opéré par la société CFTA du groupe Transdev”.

Mais le dossier est avant tout politique. Si David Kimelfeld avait annoncé vouloir aller jusqu'à la résiliation dès le début des négociations, Fouziya Bouzerda souhaitait trouver une solution “par le haut”.

Le maire de Lyon, ancien président de la métropole, Gérard Collomb, était venu se mêler de ce dossier, conseillant publiquement à la présidente du Sytral “d'aller doucement avec Vinci” (lire ici). Une sortie publique qui avait choqué plusieurs observateurs. Le comité syndical extraordinaire devrait permettre à plusieurs élus de clarifier leur position sur ce dossier, qui a largement dépassé le stade du symbole.

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Nouvel épisode de pic de pollution à Lyon avec la mise en place de la circulation différenciée. Néanmoins, comme pour la ZFE, les contrôles resteront réalisés par les policiers. Une autre solution existe, mais qui osera la porter ?
2 commentaires
  1. PAUL Gabriel - 6 décembre 2019

    Bonne opération pour les actionnaires (Vinci et les autres)
    Après avoir investi 17millions d'euros revente du contrat 35 à 60 millions sans compter les dividendes déjà encaissé depuis 2010.

  2. Aster Oide - 7 décembre 2019

    Un bras de "fer" qui n'est pas gagné par la Métropole.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut