Des étudiants développent un "serious game" sur la radicalisation


Par Antoine Sillières
Publié le 21/01/2017  à 11:15
Réagissez

Le projet de ces étudiants en journalisme offre une plongée ludique dans l'univers de la radicalisations islamiste et de l'emprise des recruteurs. Bien construits et documentés, les scénarios du jeu vous demanderont de mener finement votre enquête.

Page d'accueil du "serious game" Isis the end
Page d'accueil du "serious game" Isis the end

"2022. L'État islamique embrigade toujours plus d'individu pour rejoindre ses rangs". Votre mission si vous l'aceptez, éviter la radicalisation de quatre jeunes Français. C'est grosso-modo le pitch du "serious game" développé par neufs étudiants du Master 2 en Nouvelles pratiques journalistiques de l'université de Lyon 2. 

Encadré par Arnaud Noblet, responsable de la formation, le petit groupe a planché pendant plusieurs mois et réuni des éléments pour tenter de rapprocher au maximum ce jeu de la réalité. En partie inspirés de fait réels, les différents scénarios se basent sur des enquêtes journalistiques ainsi que sur les recherches des étudiants. 

 

Dans la peau d'un agent de l'Unité nationale d'intervention contre la radicalisation -service de renseignement fictif crée par le gouvernement pour lutter contre la radicalisation- le joueur enquête sur le profil de plusieurs jeunes gens dont le comportement suspect a été signalé.   

On suit ainsi Marion, jeune Marseillaise engagée dans l'humanitaire, de sa découverte des théories complotites à son rapprochement de recruteurs radicalisés ou encore Rachid détenu dans une prison parisienne. L'objectif est de tenter d'aider ces jeunes en les sortant de l'emprise des réseaux de recruteurs. Et rapidement on se laisse prendre au jeu de ces investigations.

Mais le mieux est encore d'essayer par soi-même (en cliquant ici).

  

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.4/5 (8 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.