Il fugue du Vinatier et agresse un père et son fils à Paris


Par Baptiste Pierre avec Steven Belfils
Publié le 23/04/2013  à 15:26
Réagissez

Un homme échappé du Vinatier a agressé à l’arme blanche un père et son fils ce mardi matin à Paris. Il y a quelques semaines, il avait dégradé l’horloge de la cathédrale Saint-Jean, à Lyon.

Un homme a agressé un père et son fils ce mardi matin dans le 9e arrondissement de Paris. Les deux victimes se rendaient dans une synagogue du quartier lorsque l’assaillant les aurait attaquées à l’arme blanche, blessant le père au cou et le fils à la nuque. Par chance, leur pronostic vital n'est pas engagé. L'agresseur a été rapidement maîtrisé par des témoins de la scène, en attendant l’arrivée sur place de la police. L’agresseur a été placé en garde à vue et sera soumis à une expertise psychiatrique. Les circonstances de cette attaque restent floues pour le moment.

Une agression antisémite ?

Une enquête a été ouverte. Elle visera, entre autres, à déterminer le caractère antisémite ou non de cet acte. Selon le parquet de Paris, le père portait des vêtements laissant présumer de sa confession juive. Mais il est encore trop tôt, selon la police, pour qualifier formellement l’acte d’antisémite. D'autant qu'il faut prendre en compte les troubles mentaux de l'agresseur, déjà avérés. En effet, le suspect s'est enfui il y a une semaine de l’hôpital psychiatrique du Vinatier, à Bron. Il y avait été admis après avoir dégradé l'horloge de la cathédrale Saint-Jean, en mars dernier.

Les circonstances de sa fugue restent obscures, la direction de l’hôpital refusant de communiquer sur ce genre d’affaires.

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (4 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.