Pollution : les médecins conseillent l'usage des masques


Par Guillaume Lamy
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 19/02/2008  à 18:28
5 réactions

Pollution : les médecins conseillent l'usage des masques

Environnement. L'agglomération lyonnaise est touchée par des vagues de pollution aux particules fines de plus en plus régulières et de plus en plus intenses.

Les Lyonnais crachent, les médecins s'inquiètent.

Thomas, graphiste quadra, habite la Guillotière et travaille aux Terreaux. Chaque jour, il parcourt à pied, ou à Vélo'v, la distance qui sépare son domicile de son travail. La semaine dernière, situation inhabituelle, il a souffert de maux de tête continus. Pas loin, côté Bellecour, Gaspard, Marie, leurs petites-filles Louise et Jeanne, 7 ans et 9 mois, ont tous  développé des toux sèches, très irritantes. Jennifer, elle, étudiante en 1e année d'espagnole, multiplie les sinusites chroniques. A Vaise, les enfants de l'école maternelle Chapeau Rouge, ont carrément été interdits de cour de récréation certains jours; et quand ils pouvaient jouer dehors, ils avaient pour contrainte de ne pas courir. "Parce que sinon on ne pourrait plus respirer" explique Eglantine, 5 ans, à sa maman un brin "inquiète".

 

Dénominateur commun à toutes ces personnes : aucune maladie constatée. Synchronisme exact : cette même semaine, Lyon, et plus généralement son agglomération, a essuyé une pollution historique aux particules fines, d'invisibles poussières en suspension, dont le diamètre ne dépasse pas 10 micromètres*. Preuve de la nocivité de l'air que l'on inhale au quotidien, en haut-lieu, le préfet du Rhône a sonné le tocsin et déclenché le dispositif d'alerte à la pollution (modération des activités à l'extérieur, des promenades pour les plus petits, baisse de 20 km/h de la vitesse autorisée). Au-delà de ces huit exemples, qui ne connaît pas au moins une personne de son entourage ne se plaignant pas de maux de tête, de toux, ou d'essoufflement anormal ?
Coïncidence ? S'il est très difficile, comme toujours en matière de pollution, d'établir un lien scientifique entre ce tsunami de particules fines et cette vague de manifestations cliniques, pour les médecins, il n'y a aucune doute.
Les cabinets des généralistes pleins
Aux angines et grippes, nombreuses en cette période de l'année, s'ajoutent des symptômes dont l'origine n'a rien de viral. "On demande d'abord au patient s'il y a des phénomènes infectieux dans son environnement proche, commes des maux de gorge et de la fièvre, explique le pneumologue Yann Martinat. Si on ne trouve rien et qu'on est dans une période de pollution, force est de constater que l'origine est la pollution". Et les particules fines, du fait de leur diamètre, s'avèrent particulièrement dangereuses. "L'appareil respiratoire est une muqueuse. Quand elle est soumise à des agressions, elle réagit en fabriquant une inflammation. Inflammation d'autant plus sévère que les particules fines pénètrent très profondément dans l'arbre bronchique" explique Bruno Girodet, du service allergologie/pneumologie au centre hospitalier St Joseph /St Luc. Production de mucus, de toux, de sifflements lors de la respiration, rhinite (irritation et inflammation du nez ), dyspnée (essoufflement), yeux qui piquent... les symptômes des huit Lyonnais que nous avons pris comme échantillon. Ceux de beaucoup d'autres habitants de l'agglomération, la pollution, cette année plus longue et plus intense (voir supra) touchant tout le monde, pas seulement les personnes fragiles (nourissons, enfants, personnes âgées, asmathiques, etc).

Les voitures roulent, les enfants dégustent
Le phénomène n'a pas épargné non plus les skieurs, partis en masse des villes pour humer le bon air de la montagne : ce week-end, des cimes enneigées, d'aucuns pouvait remarquer l'immense et menaçant voile de pollution gris-blanc qui recouvrait toute la vallée de Chamonix, de Servoz à Vallorcine; un manteau souffreteux qui léchait les montagnes jusqu'à 1000 mètres d'altitude. D'en-bas, dans l'incessant chassé-croisé des vacanciers, la pellicule vaporeuse atténuait fortement l'éclat azurin du ciel.

 

Pour le Coparly**, ce qui inquiète le plus, ce sont ces "épisodes à répétition, de moins en moins espacés dans le temps (ndlr : la dernière grosse pollution aux particules fines remonte à début janvier), de plus en plus longs et dont l'intensité est de plus en plus forte". Certes, les mesures ont évolué depuis deux ans, sont plus précises. Cela n'empêche, le quota annuel de 35 jours d'alerte tolérés pour les particules fines dans l'agglomération lyonnaise est quasiment atteint, à la mi-février ! En-deçà, que se passe-t-il ? Rien ou presque : l'Union européenne peut prendre des sanctions financières contre les états membres. Evénement encore plus rare : l'indice Atmo, qui est l'indicateur global de la qualité de l'air, a affiché, plusieurs jours consécutifs, la note maximale de 10/10, autrement dit un air qualifié de "très mauvais".

Ce qui fait recommander à Bruno Girodet, praticien à St Joseph/St Luc, "le port du masque, de manière à filtrer un maximum les poussières".
A l'aune de cet événement sans précédent, il est temps de se poser les bonnes questions.  D'un côté, on continue à tolérer les voitures - les plus gros pollueurs pour les particules fines - , qui doivent seulement conduire un peu moins vite. De l'autre, on laisse les écoliers jouer dehors, en leur conseillant simplement de ne pas trop faire les fous en cour de récré. Le "parce que sinon on pourrait plus respirer" d'Eglantine n'a plus rien d'innocent.

* Un micromètre équivaut à 0, 000 001 mètre.
** Organisme qui contrôle la qualité de l'air dans l'agglomération.

médecinsMartinatCopalypollution

Vos réactions
5 commentaires

Heureuse de voir un journaliste relayer ce constat.
Très gênée (voix respiratoires qui "brûlent", douleurs après une petite course, toux sèche) et constatant l'apparition de toux irritantes très violentes chez mon fils de 9 mois (après des épisodes de bronchites et bronchiolites en novembre, décembre et janvier), je me suis moi-même rendue sur le site de surveillance de la qualité de l'air en quête d'une explication (http://www.atmo-rhonealpes.org/site/index.php).
Nous ne pouvons pas tous quitter nos villes... Les habitants des périphéries ne peuvent pas non plus travailler sur place... Nous devons concrètement (plans transports grande couronne-centre, stationnements, vélos, motorisations alternatives... légiférés) envisager de supprimer (réduire aux livraisons) les moteurs à explosions des centres d'habitation (les villes).
J'ai trente ans et, sans parler de nous, j'ai bien peur que nos enfants qui GRANDISSENT ET CONSTRUISENT leur corps et leur cerveau avec ces nouveaux facteurs envirronnementaux, ne meurent prématurément de cancers (faut-il rappeler que ces "poussières", pour beaucoup des résidus de la combustion de carburants, diesel... entrainent à coup sûr des mutations pathologiques et notoirement mortelles de nos cellules). Des cancers dûs à ces pollutions ou à l'immersion dans le réseau d'antennes-relais de téléphonie mobile. Entre autres mais ce n'est pas le sujet. Je crois que là, ça y est, Dieu est mort.

Signaler un abus | le 20/02/2008  à 12:25 | Posté par  MakaD  

brrr.. ce commentaire me donne froid dans le dos...

Signaler un abus | le 20/02/2008  à 16:04 | Posté par  apocalypto  

Bonjour, lorsque j'ai vu la première page de Lyon Capitale chez mon buraliste ça m'a fait tilt !
j'habite à côté de la place Jean Mace dans le 7ème et travaille à la place Bellecour (en plein centre) et depuis environ dix jours je ressents des maux de têtes très intenses, mais aussi très courts, plusieurs fois par jour, alors qu'habituellement non (c'est ballot). Mon amie et moi avons tous les deux des douleurs à l'intérieur du nez. J'ai également remarqué depuis 2 ou 3 semaines que la qualité de l'air était super mauvaise (au sens propre, comme au figuré) pas besoin de consulter le site de surveillance de la qualité de l'air ! Malheureusement il suffit d'ouvrir ma fenêtre le matin, et sans mentir : ça pue ! Cette odeur ressemble à celle du gaz... Assez horrible je dois dire... Personne n'en parle... Pourtant je n'ai pas un odorat plus développé que les autres. Je ne sais pas si ses "fameuses" particules fines "donnent" cette odeur fécale à l'air, les usines chimiques au sud de lyon doivent y avoir une bonne part de responsabilité, mais c'est sûr que les bagnoles font le reste.
j'adore lyon, mais là il faut faire quelque chose ! Franchement ne trouvez vous pas que ça sent mauvais partout : dans la rue, quand vous sortez de chez vous, ou par exemple quand on revient en voiture (et oui j'en ai une aussi) d'un week-end à la campagne c'est super flagrant : si le passager à les yeux fermés, il est automatiquement alerté de son arrivée imminente dans la ville par les douces "éffluves" de Feyzin lorsqu'il emprunte l'A7. Expérience véridique, vécue plusieurs fois ; Faites le test : "cent pour cent des gagnants ont tenté leur chance" ! Non sérieusement, j'habite à lyon depuis plusieurs années mais à cause de la pollution atmosphérique, qui est encore pire que la pollution sonore pourtant pas mal aussi, et bien, je compte partir le plus vite possible. Je n'ai pas encore d'enfant mais je préfèrerais travailler ailleurs dans une plus petite ville ou à la campagne et avoir un emploi moins bien valorisé, plutôt que d'élever mes enfants ici dans le centre de lyon. Et pas besoin d'avoir fait polytechnique pour savoir que ceux qui vont grandir avec cet environnement ne seront pas centenaires...
En attendant que la ville ou l'état intervienne sérieusement (je pense qu'il y en a pour plusieurs années) je crois bien que je vais aller m'acheter un masque pour mes déplacements à vélo (au moins).
Heureusement depuis le 1er janvier on est tous plus protégé dans les bars, restaurants et autres boîtes de nuits... Plus de clope qui pue...
On ne s'intoxique plus mutuellement. Pas possible de faire de même en ville ? Coute trop cher ? Faut investir dans les appareils de traitements de l'air pour habitation urbaine ? Ca existe peut être déjà ?
Pour finir car ça commence à être long... en ces temps de campagne électorale je vous conseille de voter pour un candidat vert ou autre banière mais qui a des idées pour faire évoluer positivement ce dilemne socio-écono-enviro-vital de nos sociétés modernes.
Et écrire un article si vous aussi vous trouvez qu'ici l'air est trop pollué.

Signaler un abus | le 21/02/2008  à 19:11 | Posté par  jean baptiste  

Moi aussi, en décembre puis en janvier et.... en février j'ai ressenti les effets néfastes de la pollution : maux de tête, yeux très irrités et gonflés, essoufflements. En décembre dernier, j'avais mis cette sinusite sur le compte de la fatigue. Mais c'est en allant chez le pharmacien, que j'ai su que nous étions très nombreux à avoir les mêmes symptômes... J'habite les pentes de Croix Rousse et travaille sur la presqu'île . Mes déplacements quotidiens se font à pied. Je suis dépitée et en colère de voir que les mesures prises par la Préfecture du Rhône se limitent à inciter les automobilistes à réduire leur vitesse de 20km/h. On m'informe, dans votre article (Lyon Capitale du 18.02.2008) des différents points de vente où je peux me procurer un masque anti-pollution. On me donne même le prix. Incroyable! Parce que, en +, il faut que je mette la main au porte-monnaie??? Il me semble qu'il s'agit d'un problème de santé publique. Je ne suis pas pour l'assistanat, mais, dans ce cas, j'attends de la collectivité : le Grand Lyon, les mairies, la Préf, peu m'importe, que nous soyons tous informés des risques encourus par la population qui respire cet air pollué. Qu'ils appliquent des situations d'urgence : distribution de tracts, de masques DANS LA RUE. Que l'on adopte des mesures provisoires mais draconiennes : moins de voitures, gratuité des transports en commun AU MOINS pendant les jours où les pics de pollution sont les + intenses. Je suis écœurée ... Quand va-t-on prendre ce problème vraiment au sérieux? Je comprends bien que les affaires de notre président de la république soient autrement plus importantes, mais si, sur la vaste étendue de son nombril, il pouvait accorder un peu de place au sujet qui nous préoccupe dans ces lignes, ce serait avec plaisir.

Signaler un abus | le 27/02/2008  à 21:17 | Posté par  tedd69  

Il est bizarre qu'en février, on accuse seulement l'automobile de tous nos maux, même en ville.

Avez-vous entendu parler du chauffage au bois, plus polluant que le transport routier (véhicules Diesel compris), principal émetteur de particules fines (PM2,5), émetteur majoritaire de particules très fines (PM1), d'Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP, cetains étant reconnus très cancérigènes) et de Benzène (cancérigène notoire).

En effet, selon les estimations du CITEPA, organisme chargé par l'Etat de la réalisation technique des inventaires sur la pollution atmosphérique en France, le principal émetteur est la combustion du bois.

C'est évidemment en période de chauffage seulement que ces émissions sont principalement induites par la combustion du bois, mais cette contribution est si importante qu'elle reste prépondérante dans les bilans établis sur l'année entière.

Par exemple, pour toute l'année 2005, en % des émissions nationales :

- Particules fines (PM2,5, de taille inférieure à 2,5 microns)
Bois : 40% - Transport routier : 12% - Fioul domestique : 5,8%

- Particules très fines (PM1, encore plus dangereuses)
Bois : 65% - Transport routier : 16% - Fioul domestique : 8,4%

- Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)
Bois : 75% - Transport routier : 17,5% - Fioul domestique : 3,5%

- Benzène
Bois : 74% - Transport routier : 15,5 % - Fioul domestique : valeur non communiquée

- D'autre part le CITEPA précise que, de tous les combustibles, le bois-énergie est le principal émetteur de dioxines/furannes et de la plupart des métaux lourds (hormis le mercure et le nickel).

Et encore, on ne parle pas des brûlages de végétaux à l'air libre, encore plus polluants !

Maintenant, pourquoi le bois est-il l'ennemi public nème1 en hiver :

1- Les arbres, et tous les végétaux, sont des matières solides dont la combustion est plus incomplète que celle des combustibles liquides ou gazeux (fioul, gaz naturel, gazole par exemple); en outre, comme les autres organismes vivants, ils absorbent et accumulent (phènomène de bioaccumulation) des substances présentes dans leur environnement (l'atmosphère et le sol), certaines pouvant se révéler toxiques (c'est le cas de polluants tels que les métaux lourds ou le chlore).
Lorsque cette biomasse est brûlée, on retrouve dans l'air un certain nombre de produits dangereux (les dioxines, par exemple, se forment avec le chlore bioaccumulé par la biomasse).

2. Le plus inquiétant est que le bois ne représente que 5% de la consommation finale d'énergie dans notre pays (dont 85% utilisé dans le secteur domestique, 2% en chauffage collectif, 13% dans l'industrie).
Cette disproportion entre l'importance du bois-énergie sur le marché et l'importance de la pollution qu'il produit est liée en particulier au fait que, comme évoqué ci-dessus, le bois est un combustible solide, dont la combustion sera toujours plus incomplète que celle du fioul domestique, du gaz naturel ou du gazole. Cette disproportion est accentuée par l'utilisation, encore en trop grand nombre, d'appareils peu performants et par des pratiques défavorables à une bonne combustion.

Dans notre pays, aucune campagne d'information du public n'a été réalisée sur ce sujet.

Le syndrome du "nuage de Tchernobyl épargnant la France" sévit encore !

Qu'on se le dise, si l'on veut encore mieux préserver la santé de nos enfants !

Signaler un abus | le 16/01/2009  à 18:19 | Posté par  Anonyme  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
boutique LC
Dossier-municipales-156px
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
mais personne ne remets les chiffres en cause ! cela veut dire qu'ils sont bons ! Alors c'est de la...
Posté par  reagir  le 23/04/2014 23:06

Mais en fait quand vous savez que des politiques jouent avec des enfants, que certains violent des femmes de ménage...
Posté par  reagir  le 23/04/2014 23:04

Mais en fait quand vous savez que des politiques jouent avec des enfants, que certains violent des femmes de ménage...
Posté par  reagir  le 23/04/2014 22:59

mais personne ne remets les chiffres en cause ! cela veut dire qu'ils sont bons ! Alors c'est de la...
Posté par  reagir  le 23/04/2014 22:52

pourquoi ?
Posté par  FOurs  le 23/04/2014 13:47