Pour être informé en temps réel, cliquez ici FIL INFO
samedi 01 novembre 2014

Kiss in : un face-à-face sans fin


Par Elise Anne
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 19/05/2010  à 01:36
31 réactions

Mardi soir, place Saint-Jean, le monde était divisé en deux. D'un côté, des catholiques et des militants d'extrême droite, de l'autre des homosexuels et des sympathisants de leur cause venus s'embrasser.


 
Le "Kiss in" qui devait avoir lieu samedi dernier a été reporté. Cette fois-ci, la préfecture a autorisé ce rassemblement « bon enfant », qui avait été interdit la semaine dernière pour une question de temps. Surprise en arrivant, les catholiques étaient déjà en place, un homme brandissait un crucifix. Les participants du "Kiss in" arrivaient en trombes. Deux assemblées bien distinctes ont été séparées par les policiers. D’un côté 400 homosexuels et sympathisants de la causes LGBT (selon la Ligue des Droits de l’Homme). De l’autre, une centaine de catholiques et militants d’extrême-droite. Chacun scandait ses slogans : « cathophobie ça suffit » pour les uns, « on veut l'égalité » pour les autres. Une jeune fille explique qu'elle est venue ici ce soir parce que « la vie, c'est un homme et une femme, c'est ce qu'on apprend ». Un homme d'une cinquantaine d'année lui a voulu protester contre « la régression que l'on subit depuis 3 ans de Sarkozy en matière d'égalité ».
 
Entre prières et revendications

L’embrassade générale, le "Kiss in", n'a pas eu lieu à 19h30 comme prévu mais bien plus tard alors que les catholiques chantaient des textes religieux. Il était intéressant de voir que l'homosexualité est interdite dans la religion selon les uns, quand un mouvement homosexuel chrétien (l'association David et Jonathan) se plaçait de l'autre côté de la barrière pour défendre le droit de s'aimer, même à travers la religion. Au bout d'une heure et demie, les catholiques se sont mis à genoux et ont commencé à prier sur le parvis de la cathédrale Saint-Jean. Les participants du "Kiss in" continuaient de scander des slogans, plein de jeux de mots comme : « on est gay vous êtes tristes » et de s'embrasser, face à eux.

 

 
Un départ chaotique

Et entre les deux groupes, un cordon de CRS. Un policier explique qu'ils resteront là « jusqu'à ce que la foule se disperse », un autre tente un brin d’humour : « on reste là jusqu'à ce qu'ils sympathisent ». Pourtant, vers 21h30, alors que le porte parole de la Lesbian and Gay Pride proposait un dernier "Kiss in" et de partir ensuite puisque « nous avons gagné ! », les policiers ont provoqué la fin du rassemblement et dans un mouvement de foule ont lancé des gaz lacrymogènes. Puis ils ont procédé de la même manière du côté des manifestants catholiques. Il était 22 heures quand les diverses associations qui soutenaient le "Kiss in" ont souhaité que tous les participants partent ensemble, afin d'éviter d'éventuelles agressions.
 
« Protestation contre la dispersion violente »

Dans un communiqué envoyé trois heures après la dispersion, la fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme interpelle la Préfecture du Rhône sur sa « gestion ubuesque » du "Kiss In". Le président Stéphane Gomez « s’interroge » : « Pourquoi la Préfecture n’a pas fait respecter la loi, en acceptant des manifestants fascistes présents illégalement et multipliant les propos et gestes à connotation raciste et homophobe punis par la loi ?  Pourquoi la Préfecture a utilisé sans sommation des moyens violents et disproportionnés contre des militants des droits des LGBT totalement pacifistes ? » A suivre.


à lire également
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.2/5 (17 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
31 commentaires

Les homos desservent leur cause et se décrédibilisent totalement lorsqu'ils s'adonnent à de telles provocations, aux résultats prévisibles.
Heureusement, l'association de gays chrétiens David & Jonathan a relevé le niveau.

Signaler un abus | le 19/05/2010  à 09:25 | Posté par  Gégé  

C'est vrai que sur les deux photos on distinguent bien qui sonty les gentils

Signaler un abus | le 19/05/2010  à 10:40 | Posté par  Hugo Makouri  

C'est dommage qu'on utilise le militantisme homo à des fins anti-catholique... Le faire devant Saint Jean était une provocation affichée, je trouve que c'est mal assumé par les associations LGBT.
Ils/Elles ont le droit, mais que cela soit assumé. Il faut pas se cacher derrière un pacifisme de façade et ne tenter pas de se victimiser. C'est trop facile. Ils/Elles ont des problèmes avec l'Eglise ok, ils/Elles vont le lui dire ok.

Ce Kiss-in 2010 était fait pour protester contre la position de l'Eglise sur l'Homosexualité.
Et les associations ont décidées d'aller manifester devant une des plus importante église de France.

Il faut dire les choses clairement et assumer. C'était une action anti-catho... C'est leur droit

Signaler un abus | le 19/05/2010  à 10:52 | Posté par  Marcus  

On ne peut nier le petit coté provoc d'un autre coté les attaques portées par le Vatican sont tout juste odieuses. Je ne parle même pas des autres grandes religions...

Signaler un abus | le 19/05/2010  à 12:11 | Posté par  Hugo Makouri  

Pour qu'ils/elles aient un peu plus de crédibilité envers l population, les assos LGTB auraient dû lancé un appel comme ils/elles l'on fait hier devant toutes les autres parvis des édifices des grandes religions afin qu'il n'y ait pas de communauté qui ce sente plus visé les unes que les autres.

Ils doivent assumer leurs provocations.

Signaler un abus | le 19/05/2010  à 12:47 | Posté par  lyonnais  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
Ce qu’il ne fallait pas rater sur lyoncapitale.fr
boutique LC
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
C'est vrai qu'avec le prix du pont et de sa voirie débile, on peut se payer une fiesta à la...
Posté par  morfar69  le 31/10/2014 23:59

En effet pourquoi perdre le temps de fonctionnaires de police alors qu'il y a d'autres affaires à traiter…
Il faut...
Posté par  FOurs  le 31/10/2014 12:30

Il est toujours étonnant de constater que les noms de mis en examen ou de protagonistes éventuels d'une affaire judiciaire...
Posté par  Saint Appronien  le 31/10/2014 12:14

Au 1er janvier donc, le prix de l'amende sera le même que celui de l'abonnement campus, alors je vais tenter...
Posté par  deme69  le 31/10/2014 11:00

Hé bien justement ! il faudrait se poser un peu plus de questions sur le "GRAND LYON " à qui...
Posté par  Sophie_Lyon  le 31/10/2014 10:49