Lyon: "Le mariage du père Gréa ne remet pas en cause l'institution"


Par Benjamin Roure
Publié le 19/02/2017  à 15:36
Réagissez

Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire du diocèse de Lyon, revient sur le départ du père David Gréa qui souhaite se marier. Pour lui, il en faut plus pour bousculer l'Église.

Le Père David Gréa, prêtre à Sainte-Blandine.
Tim douet
Le Père David Gréa, prêtre à Sainte-Blandine.

L'annonce du charismatique père David Gréa, prêtre de Lyon centre-Sainte-Blandine, de quitter l'Église pour se marier avec une femme, vient relancer le débat sur le célibat des prêtres. Débat déjà soulevé parallèlement aux affaires de pédophilie qui ont entaché le diocèse de Lyon. "Oui, cela relance le débat dans la sphère médiatique, mais ce n'est pas le départ de l'un d'entre nous qui va remettre en cause l'institution elle-même", coupe court Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire auprès du cardinal Barbarin depuis septembre dernier.

Emmanuel Gobilliard ()
Mgr Emmanuel Gobilliard

On pourrait penser toutefois que la décision de David Gréa, figure connue dans la communauté catholique de Lyon, pourrait donner des idées à d'autres prêtres souffrant de la solitude inhérente à leur fonction. "Le père Gréa était peut-être un modèle pour beaucoup de fidèles, mais pas forcément pour les autres prêtres, glisse un proche du diocèse. Je ne pense pas que cela suscite d'autres départs. C'est une trajectoire singulière."

"Le célibat est une souffrance"

Des prêtres qui quittent l'Église pour vivre leur histoire d'amour au grand jour, ce n'est pas courant, mais pas exceptionnel non plus. "Je crois qu'il y a eu trois ou quatre cas dans les dix dernières années dans le diocèse de Lyon, avance Emmanuel Gobilliard. Dans les diocèses ruraux, où il y a une plus grande solidarité entre les prêtres, où ils se retrouvent souvent le soir, le célibat est mieux vécu. En ville, la vie sociale d'un prêtre est peut-être plus active, mais le sentiment de solitude est aussi plus fort."

"Le célibat est une souffrance, un manque, un creux dans notre humanité, reconnaît-il. Mais ce n'est pas une injonction à dompter notre nature. Cette fragilité participe de notre humanité, c'est une vraie richesse qui doit nous servir dans notre ouverture aux autres."

Un retour envisageable ?

Mais est-il possible, pour un prêtre parti pour se marier, de reprendre une fonction sacerdotale si son aventure amoureuse prend fin ? "C'est déjà arrivé, même pour un prêtre ayant eu des enfants. La porte n'est jamais fermée", répond Mgr Gobilliard. Et même si l'aventure était homosexuelle ? "La miséricorde vient de Dieu et elle est pour tous." Comme le mariage, ou presque.

  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.6/5 (14 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.