Lyon : PermiGo proche de la faillite, 10 000 élèves concernés


Par Julie Mermet
Publié le 19/04/2017  à 10:43
2 réactions

Les patrons d’auto-écoles traditionnelles ont manifesté à Lyon contre "l’ubérisation" de leur profession mardi 18 avril au matin. Pourtant, PermiGo, start-up lyonnaise et "auto-école en ligne" a déposé le bilan. 10 000 élèves risquent de perdre leur argent. 

Enseigne PermiGo à Lyon
© DR
Enseigne PermiGo à Lyon

La start-up lyonnaise PermiGo qui compte près de 10 000 apprentis conducteurs et 90 salariés a déposé le bilan le 5 avril dernier. Elle fait partie de ces plateformes qui proposent une inscription au permis directement par Internet, blâmées mardi dernier par les auto-écoles traditionnelles pour "concurrence déloyale". Pourtant, l’entreprise n’a pas l’air de bien se porter : le Tribunal de commerce de Lyon l’a placée en redressement judiciaire, lui laissant trois semaines pour trouver un repreneur. Philippe Colombani, Président de l’Union nationale des indépendants de la conduite (UNIC) déclare sur son blog que cette nouvelle était prévisible : "faute d’avoir réussi à lever des fonds, la start-up n’arrive plus à boucler son budget". Du côté du numéro 3 français du permis en ligne, c’est silence radio : les comptes Twitter de l’entreprise et de son fondateur ont été supprimés, personne ne décroche le téléphone et rien n’a changé sur le site Internet : les inscriptions sont toujours ouvertes et ne présentent aucune notice indiquant une éventuelle faillite.

La start-up n’est pas assurée en cas de défaillance

Au lendemain de la mise en redressement de PermiGo, Gregory Giovannone, son fondateur, rassurait les élèves via Challenges : "je suis confiant, nous avons déjà des marques d'intérêts, nous cédons l'ensemble du capital de l'entreprise et la procédure de redressement judiciaire permet au futur repreneur d'apurer totalement le passif". Mais à quelques jours de la fin du délai accordé par le Tribunal de commerce, les élèves sont inquiets. En effet, PermiGo n'a pas souscrit d'assurance pour protéger leur argent en cas de difficultés. Une information écrite dans les conditions générales de vente, que peu prennent le temps de lire : "la Société informe par les présentes CGVPS l'Elève Candidat PERMIGO ne pas avoir souscrit à un dispositif de garantie financière permettant, en cas de défaillance de la Société, le remboursement des sommes perçues en trop par elle". Il sera alors presque impossible pour les élèves de récupérer leur argent si l’auto-école ferme définitivement ses portes. Pour Mathis, élève depuis plus d’un an, c’est un coup dur, mais "logique" : "le système de cette auto-école n’est pas viable. Réserver en ligne, c’est des délais d’attente de trois mois pour obtenir une heure de conduite. Je n’avais pas lu les conditions générales de vente, mais je regrette de m’y être inscrit".

"J’ai perdu confiance en ce système d’auto-école sur Internet"

Si les auto-écoles traditionnelles protestaient ce mardi contre les inscriptions au permis de conduire sur Internet, les plateformes les proposant n’ont pas l’air stables pour autant. Le plan "préfectures nouvelle génération" proposé en 2015 par le gouvernement a déréglementé l’inscription au permis de conduire, permettant l’émergence de start-up comme PermiGo et suscitant de vives réactions chez les patrons d’auto-écoles traditionnelles. Offrant des forfaits à prix cassés, PermiGo, Ornikar et Autoécole.net étaient les leaders sur ce nouveau marché. Après le déclin de l’école numérique lyonnaise, c’est au tour de son concurrent, le site Internet Ornikar, de se montrer vulnérable. Le 19 janvier dernier, le Tribunal de commerce de Lyon a approuvé la continuation de ses activités bien que "le bilan indiquait que les revenus des capitaux propres de la société étaient devenus inférieurs à la moitié du capital social". Proposant des prix attractifs tels que 728 euros pour le code et vingt heures de conduite, la start-up parisienne compte aujourd’hui 43 772 inscrits. Ses conditions générales de vente stipulent pourtant qu’elle ne dispose pas non plus d’une assurance pour ses élèves : "ORNIKAR n’a pas souscrit de garantie financière permettant le remboursement à l’Elève des sommes trop perçues en cas de défaillance"

Selon nos informations, PermiGo discute aujourd’hui avec deux repreneurs potentiels. À quelques jours d’une faillite redoutée, les élèves y voient une lueur d’espoir. Mathis n’est pas convaincu pour autant : "Je compte essayer de transposer mes heures de conduite vers une école traditionnelleJ’ai perdu confiance en ce système d’auto-école sur Internet"

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.6/5 (17 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
2 commentaires

Je suis en train de passer mon permis, j'avais vu il y a un an quand j'ai commencé ces publicités et j'ai manqué d'être tenté.
Finalement j'ai préféré faire confiance à ma petite auto-école de quartier. On en a une fois parlé de ces autos-écoles avec mon moniteur et quand il m'a expliqué l'envers du décor et ce que ne contiens pas les sommes présentées comme super attractives ben au final je ne regrette pas de ne pas m'y être inscrite.
C'est déjà suffisamment difficile financièrement de le passer, mais si en plus les autos écoles de ce style ne sont pas honnête, ben c'est un peu scandaleux. Comme pour bcp de choses "low cost" si on peut dire...

Signaler un abus | le 20/04/2017  à 08:42 | Posté par  Isawette  

Victimes de Permigo, rejoignez le groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/1181007052022272/

Signaler un abus | le 26/04/2017  à 15:25 | Posté par  Patriiick  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.