Salons, congrès : à Lyon, GL Events reprend du service

Eurexpo et le Centre de congrès de Lyon redémarrent leur activité événementielle, après cinq mois et demi de fermeture pour cause de Covid.

Dans le secteur de l'événementiel, une formule a récemment fait son apparition pour évoquer la reprise des salons et des congrès : "à date". "On navigue tellement à vue, explique Anne-Marie Baezner, directrice générale des sites lyonnais du groupe GL Events, qu'on utilise désormais cette expression, car tout se fait à l'aune de l'évolution de la situation sanitaire."

Le 1er septembre dernier, après 168 jours de fermeture pour cause de Covid, les deux plus grands centres de conventions et d'expositions de Lyon, Eurexpo et le Centre de congrès, tous deux exploités par le géant mondial de l'événement, ont réouverts. Un soulagement pour le groupe GL Events qui a essuyé, au premier semestre, une perte nette de 30 millions d'euros et un recul de 51 % de son chiffre d'affaires. Soulagement d'autant plus perceptible que les visiteurs sont au rendez-vous des premiers salons de la rentrée, au Sido, showroom de l'intelligence des objets, qui vient de s'achever et au Sirha Green, qui se tient en ce moment à La Sucrière. "Ce que nous savons en attendant les chiffres définitifs, c’est qu'ils seront meilleurs que les prévisions" assure la communication du groupe lyonnais.

Un référentiel sanitaire "irréprochable" , selon la directrice des sites lyonnais de GL Events a été mis en place : port du masque obligatoire, gel hydroalcoolique aux points stratégiques du parcours visiteur, "équipes « vigilance Covid »" pour veiller au respect du dispositif sanitaire sécurisé, déploiement d’une signalétique visant à fluidifier les parcours des personnes sur les sites, avec communication audio/digitale, affichage de la jauge maximale par salle, comptage par zone, etc. "À date", comme il est désormais d'usage de dire, "pour le mois de septembre, tous les salons organisés sur nos quatre sites à Lyon sont maintenus. Au-delà, on a encore peu de visibilité".

Risque

La jauge officielle annoncée au milieu de l'été par le Premier ministre de 5 000 personnes , tient en effet encore jusqu'au 31 octobre – la décision avait généré "un véritable séisme au sein de la profession" selon le syndicat français de l’événementiel Unimev, notamment chez GL Events qui s'étonnait qu'on puisse comparer des "événements professionnels (…) qui font toujours l'objet d'autorisations préfectorales avant leur ouverture" aux "beach et raves party sauvages". La fédération, en concertation avec les acteurs de la filière, avait alors œuvré, avec succès, pour une interprétation de cette jauge à 5000 visiteurs, en instantané.

Contraint par ces mesures sanitaires, le leader de l'événementiel "ne s'en sort pas trop mal" dans son fief lyonnais, à la fois ville de salons et de congrès, contrairement à d'autres métropoles françaises et européennes qui n’accueillent que les uns ou que les autres.

Sur la partie salon lyonnaise, sur un total d’environ 70 événements programmés, 18 ont été impactés (soit un quart) , dont 8 annulés et 10 reportés (principalement France Innovation Plasturgie et la Foire de Lyon, l'un des événements majeurs entre Rhône et Saône, initialement prévue du 20 au 30 mars, qui se tiendra finalement du 8 au 12 octobre prochains, sur seulement cinq jours au lieu de dix... faute de place dans le calendrier). "Nous prenons notre part de risque car dans l'écosystème des territoires, GL fait vivre de nombreuses activités et est véritablement un moteur de la relance économique" assure Anne-Marie Baezner.

Sirha Green 2020 @DIPH PHOTOGRAPHY

-50 % d'activité

Là où le groupe lyonnais chute plus sévèrement, c'est sur le volet congrès et événements corporate, "le secteur le plus impacté par la crise". Au niveau du Centre de congrès, sur un total d’environ 220 événements programmés, 83 ont été impactés (soit 38 % du total), dont 38 annulés, en particulier la Conférence annuelle européenne de la mucoviscidose et les Journées de neurologie, et 45 reportés, notamment le Congrès de la nutrition clinique. "Globalement, notre activité Eurexpo et Centre de congrès est en retrait de 50 % au premier semestre par rapport à 2019 pour le dernier, et 2018 pour Eurexpo, en comparant les années comparables du fait de la bienalité des salons." explique le groupe.

Mois test

Avant, entre autres grands rendez-vous Préventica, Equita Lyon, Pollutec et les finales nationales des Worldskills 2020, septembre sera donc "un mois test" pour GL Events qui devrait avoir une idée plus précise de ce que sera l'après. Avec, en ligne de mire, le Sirha l'événement phare de GL Events, ses 208 000 visiteurs et sa cerise sur la gâteau, le Bocuse d'Or. Si les perspectives annuelles du groupe d'Olivier Ginon seront précisées le 15 septembre prochain, il n'en reste pas moins qu' "à date", la visibilité reste faible. Le leader de l'événementiel joue gros.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut