Stéphane Bouillon, un nouveau préfet au CV déjà bien chargé


Par Justin Boche
Publié le 11/10/2017  à 09:41
3 réactions

Stéphane Bouillon, le préfet de Provence-Alpes-Côte d’Azur devrait remplacer Henri-Michel Comet au poste de préfet du Rhône et préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes. Un préfet qui a déjà fait parler de lui à plusieurs reprises. 

Stéphane Bouillon
© AFP
Stéphane Bouillon

Selon le journal La Provence, le préfet de Provence-Alpes-Côte d’Azur Stéphane Bouillon va être nommé préfet d’Auvergne-Rhône-Alpes ce mercredi matin en conseil des ministres à la place de Henri-Michel Comet. Ce dernier va être visiblement démis de ses fonctions par Gérard Collomb suite au rapport de l’inspection générale de l’administration, rendu public par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui révèle qu'"un ensemble de dysfonctionnements" à la préfecture du Rhône a entraîné la remise en liberté de l'auteur de l'attaque terroriste de Marseille qui a fait deux victimes le 1er octobre. Le Tunisien de 29 ans avait été interpellé deux jours plus tôt pour un vol, puis remis en liberté malgré sa situation irrégulière.

Déjà quelques casseroles par le passé

Stéphane Bouillon a déjà exercé dans la région de 2006 à 2008 en tant que préfet de la Loire. Énarque de formation et âgé de 60 ans, il avait prêté sa résidence privée au couple Macron à Marseille. Il avait aussi fait parler de lui dans plusieurs affaires. Il avait été condamné à 800 € d'amende avec sursis et 7000€ de dommages et intérêts pour avoir publié un communiqué du ministère de l’Intérieur qui annonçait l'expulsion en "urgence absolue" de cinq étrangers permis lesquels Ali Belhadad mentionné par erreur. Le préfet avait aussi autorisé en 2015 par arrêté préfectoral la société Altéo à poursuivre l'activité de son usine de Gardanne pour six ans. Une usine à l'origine des boues rouges rejetées dans le Parc national des Calanques (Bouches-du-Rhône). Enfin en 2017, il avait été condamné par le tribunal administratif de Bastia, pour avoir autorisé de permis de construire à Coti Chiavari la veille de son départ. Des permis jugés illégaux délivrés pour "réhabilitation de ruines" alors qu'il s'agissait en réalité d'un restaurant au bord de mer et sept villas. 

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.7/5 (13 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
3 commentaires

Qui en veux au département et à la région pour nous envoyer les 3 derniers préfets !

Signaler un abus | le 11/10/2017  à 14:35 | Posté par  Kasneh  

Au moins celui là sera à la botte de Gégé?

Signaler un abus | le 12/10/2017  à 12:21 | Posté par  FEFI  

on a limogé Comet parce qu'un ou plusieurs de ses subordonné n'ont pas fait leur boulot, mais Bouillon à un joli palmarès:expulsion, boues rouges, permis illégaux d'où préfet en récompense, ceci ne choque personne ?

Signaler un abus | le 12/10/2017  à 19:06 | Posté par  Robes Pierre  
(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?