Corbas : la prison-modèle a le plus fort taux de suicide en France


Par Fabien Fournier
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 27/11/2012  à 11:25
1 réaction

Prison Corbas ()
Fabrice Caterini

Ces statistiques sont tirées du rapport 2012 de l'observatoire national de la délinquance. La "déshumanisation" de l'établissement, couplée à son faible taux d'encadrement, est une fois de plus pointée. Les personnels évoquent cependant des conditions de travail en cours d'amélioration. 

Avec 8 disparitions volontaires, Corbas est l'établissement pénitentiaire qui a connu le plus de suicides en France en 2011, devant Fleury Mérogis (6), Fresnes, les Baumettes, Toulouse Seyses et Val-de-Reuil dans l'Eure (4). Ramenée au nombre de détenus, la comparaison est encore pire pour la prison rhodanienne. Elle accuse un taux de 89 suicides pour 10 000, très loin devant Val-de-Reuil (58) et Rennes-Vezin (54). Ces chiffres émanent du rapport 2012 "La criminalité en France" de l'observatoire national de la délinquance, communiqué la semaine dernière. Au total, 116 détenus ont mis fin à leurs jours en France au cours de l'année dernière. 

Un sentiment de déshumanisation et de solitude

La direction de l'établissement n'a pas souhaité réagir à ces statistiques. Depuis son ouverture en 2009, Corbas n'a cessé d'être décriée. Et justement à cause de sa modernité. Les prisonniers y sont davantage isolés qu'ailleurs et le taux de surveillants y est moins nombreux, grâce à des caméras et autres dispositifs mécanisés. "A St-Paul St-Joseph, pour chaque porte franchie par un détenu, c'était un surveillant qui l'ouvrait. Aujourd'hui tout est automatisé", explique Emmanuel Chambaud, délégué syndical Unsa. S'en suit un sentiment de déshumanisation et de solitude. Certains drames se produisent lorsque le passage à l'acte est surtout vécu comme un appel au secours, par exemple avant une ronde. Mais le surveillant attendu ne vient pas et le geste irrémédiable est accompli. Bourg en Bresse ou Nancy, ouverts récemment, ont accusé 3 suicides l'an dernier. 

Coursive_Corbas ()

Un lancement catastrophique

Fondateur de l'Observatoire international des prisons (OIP), Bernard Bolze juge plus sensible les maisons d'arrêt comme Corbas  où sont retenus des personnes en attente de jugement, réputées plus fragiles. "Il existe aussi des états d'esprit propres à un établissement donné. On trouve des formes de maltraitantes pratiquées par des personnels, peut-être eux-mêmes en souffrance", poursuit-il. Ce fut justement le cas à Corbas, à son ouverture en 2009. "En un mois, on avait dépassé les capacités d'accueil", se rappelle le syndicaliste UNSA. Les personnels se plaignaient de violence au quotidien, provoquant des arrêts de travail à répétition.

C'est dans ce climat de tension que des suicides à répétition sont parfois à déplorer : Bernard Bolze constate des phénomènes de contagion. "Un suicide est un traumatisme pour les autres détenus qui affecte leur moral. Il y a aussi le passage à l'acte d'une personne qui  peut pousser un autre détenu à faire de même. On voit certains prisonniers le faire parce qu'ils savent que ça va affecter l'équipe de surveillants", explique-t-il. 

Emmanuel Chambaud est cependant optimiste. Il explique qu'avec le changement de direction survenu en septembre 2010, les conditions de travail se sont améliorées. Et des personnels supplémentaires ont été obtenus fin 2011. "On verra dans les prochaines statistiques que le nombre de suicides a bien baisé", assure-t-il. 


à lire également
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
1 commentaire

il y a un serieux probleme dans les prisons venant beaucoup de la direction et du personnels!mais rien a changé,on parle d autres pays mais la france c est pareil!comment un detenu peut il se reinserrer dans la société apres une peine, quand il est traité pire que tout en prison!humiliation,violence,maltraitance,viol et voire meme jusqu au meurtre!la maison d arret de villefranche sur saone est dans le meme cas.Les detenus restent des etres humains avant tout!

Signaler un abus | le 27/11/2012  à 14:15 | Posté par  zazou  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
boutique LC
Dossier-municipales-156px
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
Un autre exemple?
Comme la fièvre est mauvaise, on jette le thermomètre.
Aujourd'hui, il n'y a plus aucune évaluation nationale...
Posté par  Jean-Marc Chaffringeon  le 20/04/2014 11:08

Oups!
Mieux-disants, pas moins-disants...
Posté par  Jean-Marc Chaffringeon  le 20/04/2014 10:58

Une illustration?
En 2008, lorsque Sarkozy, "l'enfant barbare" (Bayrou), a offert trois semaines de vacances supplémentaires aux enseignants (72h d'apprentissage en...
Posté par  Jean-Marc Chaffringeon  le 19/04/2014 13:33

Et aujourd'hui, après avoir voulu satisfaire tout le monde, on ne satisfait plus personne.
Et si je soutiens Valls depuis...
Posté par  Jean-Marc Chaffringeon  le 19/04/2014 09:36

Il faut donc plus de temps pour les apprentissages et la réforme n'en donne pas une minute de plus. Elle...
Posté par  Jean-Marc Chaffringeon  le 19/04/2014 09:26