Pour être informé en temps réel, cliquez ici FIL INFO
vendredi 24 octobre 2014

Aya de Yopougon, le film


Par Alexandrine Dhainaut
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 18/07/2013  à 11:09
Réagissez

Aya de Yopougon © UGC Distribution

CRITIQUE – Ça y est, le petit monde d’Aya s’est animé, avec l’adaptation en long-métrage des deux premiers albums de la bédé à succès Aya de Yopougon. Marguerite Abouet au scénario et Clément Oubrerie au dessin montrent un visage de l’Afrique à la fin des années 1970 loin des clichés, avec une sacrée dose d’humour.

Adapter une bande dessinée à succès n’est pas une mince affaire. Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud ont excellé avec Persepolis, beaucoup moins avec Poulet aux prunes, et Joann Sfar, en adaptant en 2011 son célèbre Chat du rabbin, a perdu en route la rugosité de son trait pour un dessin animé un peu trop lisse (et faussement 3D), ce qui ne l’a pas empêché de rafler au passage un césar du Meilleur film d’animation 2012.

“Dallas” à l’ivoirienne

Aya de Yopougon © UGC Distribution

En portant à l’écran Aya de Yopougon, succès du 9e art (plus de 500 000 exemplaires vendus, traduction dans 16 langues), Clément Oubrerie n’a rien perdu des vibrations de son trait hachuré, de ses jeux de lumière et des subtilités apportées à la couleur, qui font la beauté des albums. Dans cette version 2D, les silhouettes féminines conservent leur élégance. À commencer par Aya, jeune fille de 19 ans, belle et intelligente, autour de laquelle gravite tout un tas de personnages qui cherchent conseil, “palabres” ou réconfort. Car la vie à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan habité par la classe moyenne, c’est un peu Dallas à l’ivoirienne (d’ailleurs, on retrouve les prénoms Bobby ou Pamela, qui disent l’influence américaine dans les seventies), avec ses personnages hauts en couleur, ses histoires d’amour, ses enfants cachés et ses bisbilles quotidiennes.

La période dans laquelle Aya évolue avec ses deux meilleures amies, Bintou et Adjoua, n’est pas de tout repos, correspondant au passage à l’âge adulte, avec son lot d’expériences amoureuses, bonnes et mauvaises, entre traditions familiales et modernité. Sans misérabilisme et avec une bonne dose d’humour, Marguerite Abouet dépeint une Afrique joyeuse et solidaire, tout en pointant du doigt le poids de la famille, de l’argent et des coutumes.

On s’y croirait

Aya de Yopougon © UGC Distribution

Même si la version animée colle un peu trop à la bande dessinée (à ses deux premiers tomes pour être précis) et se révèle par moments trop statique, le film n’en oublie pas d’être un objet audiovisuel avant tout, par l’attention portée à la bande-son et aux petites trouvailles visuelles qui donnent vie aux décors et corps aux personnages.

Tout est fait pour immerger le spectateur dans une culture et une époque. Plans d’ensemble de lieux et paysages ivoiriens aux différentes heures de la journée, bruits d’insectes volants, argot ivoirien (sans doute déstabilisant pour le néophyte, en l’absence du lexique fourni dans les albums) et nombreux proverbes. La musique afro-cubaine, omniprésente, les intonations et accents des acteurs finissent d’enrichir l’ambiance sonore. Côté image, l’animation des dessins originaux est entrecoupée d’archives publicitaires d’époque ultrakitsch, qui apportent à Aya de Yopougon un décalage et un humour singulier. La fin, un peu abrupte, surprendra les spectateurs (plutôt adultes) qui n’ont pas lu la BD, et laisse évidemment présager une suite. Car les gos n’ont pas fini d’enjailler les môgôs, dêh !

-----

Aya de Yopougon, film d’animation couleur de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2013, 1h24. Avec les voix d’Aïssa Maïga, Tella Kpomahou, Jacky Ido, Tatiana Rojo. En salles depuis ce mercredi 17 juillet.


à lire également
  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.7/5 (3 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
Retrouvez tous nos articles
Manifestation en soutien aux Kurdes de Kobané, à Paris le 11 octobre 2014
Une agence de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie à Tourcoing le 30 septembre 2014
Des Bonnets rouges manifestent à Nantes le 4 août 2014
Jérôme Clément à Deauville le 8 mars 2013
Le gouverneur de l'Etat du Guerrero, Angel Aguirre, annonce sa démission lors d'une conférence de presse, le 23 octobre 2014 à Chilpancingo
François Hollande à l'Elysée à Paris, le 23 octobre 2014
Le siège de Tepco à Tokyo le 31 octobre 2013
La principale négociatrice américaine chargée de parvenir à un accord avec l'Iran sur son programme nucléaire, Wendy Sherman, à Genève, le 13...
Un agent du Secret Service américain patrouille avec un chien devant la Maison Blanche, le 23 octobre 2014 à Washington
Des agents de sécurité tentent de contenir des supporteurs niçois entrés sur le terrain à la fin du match Nice-Bastia, le 18 octobre 2014 à Nice
François d'Haene sur la Diagonale des Fous, qu'il a remportée en 2013
Un policier des forces de sécurité tunisienne sur le toit d'un bâtiment où est retranché un groupe de terroristes, le 23 octobre 2014 à Oued E...
La présidente brésilienne de gauche Dilma Rousseff à Rio de Janeiro, le 23 octobre 2014
Lyon Capitale
Le président français François Hollande à Bruxelles le 23 octobre 2014
Le président du Conseil européen, Herman Von Rompuy, arrive au sommet sur le climat à Bruxelles, le 23 octobre 2014
Un policier devant l'entrée de l'hôpital de Bellevue où un médecin de New York, récemment revenu de Guinée et atteint par le virus Ebola, est...
Un policier armé devant le Monument aux morts à Ottawa, le 23 octobre 2014 au Canada
  Plus d'info d'info
boutique LC
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
il faut que je finisse, car ce milieu (presque spirituel) n'existe pas ...« le Prozac : des milliers de suicides...
Posté par  jpb citoyen  le 08/10/2014 22:12

Mon dieu que c'est chou, ces envolées humanistes ! Mais que vivent vraiment les patients ? En voici une petite...
Posté par  jpb citoyen  le 08/10/2014 22:09

Au lieu de critiquer, cette gentille dame devrait mettre le nez dans les comptes.
Je pense qu'elle ne parlerait pas...
Posté par  Marine  le 13/05/2014 12:28

Un monde à part dans le cinéma, au même titre que Tarentino ou Tim Burton, à découvrir d'urgence pour ceux...
Posté par  Sophie_Lyon  le 03/03/2014 12:37

Je l'ai vu au coemédia, un très beau moment de cinéma, la critique restitue parfaitement bien l'esprit du film....
Posté par  Sophie_Lyon  le 21/02/2014 13:44