Test : My Keepon le petit robot dansant enfin disponible en France

Il est jaune, petit et mignon et s’appelle Keepon. Derrière ce petit poussin, enfin disponible en France, se cache un robot capable de danser en rythme et de réagir lorsqu’on le touche. Au-delà des vidéos virales que vaut ce petit gadget adorable mais non dénué de défauts décevants.

Conçu à l’origine par Hideki Kozima pour aider les enfants malades, Keepon a rapidement fait le buzz sur internet dès 2007. Il est alors composé de quatre moteurs, deux caméras dans les yeux ainsi que d’un micro dans le nez et est capable de réagir au toucher. Marek Michalowski de l’Université de Pittsburgh va alors permettre à ce petit bout de caoutchouc de devenir mondialement célèbre en le programmant pour qu’il puisse danser en rythme. Face à la demande croissante, Keepon se devait d’être commercialisé à grande échelle. C’est chose faite depuis quelques semaines aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. En France, il est disponible sur le site lyonnais : www.robot-advance.com

Grand et lourd

Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas de Keepon mais de My Keepon. Une différence de taille puisque les deux robots ne jouent pas dans la même catégorie. Plus proche du jouet ou du gadget, cette version grand public perd ses deux caméras ainsi qu’une grande partie de sa complexité. Vendu à moins de 50 dollars, il se veut accessible à tous, quitte à faire de fâcheuses concessions. Autant être sincère dès à présent, My Keepon est mignon mais risque de prendre rapidement la poussière tant il est moins abouti que son grand frère. Le robot arrive dans un emballage cylindrique du plus bel effet ne cachant cependant pas la grande taille de l’ensemble. En effet, My Keepon surmonte un disgracieux et lourd support noir qui abrite les moteurs et les huit piles nécessaires pour faire bouger le tout. Un adaptateur secteur, non fourni, permettra de l’alimenter directement mais l’éloigne définitivement de toute idée de mobilité.

Keepon 0.5

Une fois allumé, My Keepon amorce une phase de démarrage rapide qui parvient à le rendre encore plus attachant. Bien que les petits bruits qu’il émet ne parviennent pas à cacher ceux de ses moteurs, ils sont suffisamment mignons pour donner le sourire à n’importe qui. Par ailleurs, malgré l'absence de caméra, le robot donne l’impression d’être attentif à son entourage. Deux modes sont alors proposés : le premier fait appel au toucher et permet d’interagir avec My Keepon, tandis que le second largement attendu lui permet de danser en rythme sur la musique. La fonction tactile lassera rapidement tant elle se limite à appuyer frénétiquement sur des points précis pour voir comment la créature réagit. Amusante au début, l’expérience peine à convaincre lorsque l’on déjà interagi avec un dinosaure robot comme Pleo, un chien cybernétique Sony Aibo voire même un Furby.

Vient alors le test tant attendu du mode danse. Rapidement My Keepon se cale sur le rythme de la musique, préférant cependant les morceaux faisant la part belle aux basses. Impressionnant et divertissant, il parvient enfin à convaincre durant quelques secondes avant de s’arrêter de manière incompréhensible. Visiblement doté d’une mémoire rachitique, il n’est pas en mesure de se mouvoir continuellement et fera des pauses toutes les 20/30 secondes. Dès lors, la vidéo promotionnelle visible en bas de cet article ne ment pas sur la capacité de Keepon à suivre parfaitement le rythme mais fait abstraction des ces arrêts récurrents qui cassent en partie la magie.

Trop mignon pour être abandonné

Malgré tous ces défauts qui risquent de décourager de nombreux d’acheteurs, le petit robot parvient à dégager un "je-ne-sais-quoi" qui le rend terriblement attachant. Il est nécessaire de garder à l’esprit qu’il s’agit avant tout un jouet vendu à un tarif "accessible". My Keepon parvient à émerveiller tous ceux qui le découvrent pour la première fois et sa bouille inimitable ne laissera personne de marbre. Au final, les pauses lors de la danse se transforment presque en effet de style. My Keepon est si mignon qu’on lui pardonne beaucoup. En outre, une partie des recettes sera reversée à la recherche en robotique pour aider le traitement de l’autisme. Le petit poussin demeure un gadget sympathique qui permettra de faire une bonne action tout en s’amusant à la maison. Espérons qu’un jour un petit frère encore plus perfectionné arrive sur le marché avec, qui sait, des capacités de service comme le Karotz de Violet by Alderaban robotics.

Disponible à 49,99 euros chez www.robot-advance.com

à lire également
Brahim Bouchelaghem © Eric Lovino
Originaire de Roubaix, où il a créé sa compagnie, Zahrbat, Brahim Bouchelaghem est un (très grand) danseur de hip-hop, mais pas que. On le retrouve avec bonheur au festival Karavel !
1 commentaire
  1. Maxime V - 6 décembre 2011

    Et pourtant il est bel et bien vendu en France!! Qui plus est par un site lyonnais: http://www.robot-advance.com Il s'agit d'ailleurs du 1er site web le proposant sur notre territoire...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut