Maître Paul-Rchard Zelmati
Au premier jour du procès de l'explosion du cours Lafayette (Lyon 6e), l'avocat de l'association des victimes, Maître Paul-Richard Zelmati, a prévenu : "nous insisterons sur la réparation du préjudice moral". Le procès doit faire toute la lumière sur les responsabilités dans l'explosion de gaz qui avait fait un mort chez les pompiers le 28 février 2008.
Pas d'image
Les élus de la communauté urbaine ont avalisé le choix de reconduire l'actuel délégataire, qui s'était pourtant illustré par des pratiques peu transparentes et des tarifs surélevés. Le prix diminuera de 19,7% par rapport à la situation actuelle. Les écologistes et Nathalie Perrin-Gilbert ont voté contre la délibération.
Veolia Lyon
Deux des plus importants marchés du Grand Lyon sont remis sur l’établi à six mois des élections municipales. L’eau et le chauffage urbain (entre 2,5 et 3 milliards d’euros au total) sont promis au même mastodonte de l’énergie : le groupe Veolia. Lyon Capitale dévoile l’envers du marché.
Pas d'image
L’enquête sur l’assassinat du président du parc naturel régional de Corse s’oriente vers le traitement des déchets dans la zone de Vico. Une arme approvisionnée découverte dans la voiture de la victime semble indiquer qu’elle se sentait menacée.
Pas d'image
Si l’OL domine le PSG au classement du championnat de France, Lyon est aussi leader dans un secteur inattendu : le sponsoring maillot. La tenue lyonnaise est évaluée autour des 15 millions d’euros.
LC 716 p. 16
Ce lundi, aura lieu à la communauté urbaine le grand débat sur l'eau. Gérard Collomb va demander à sa majorité de valider ses intentions pour l'après 2015 : le maintien de la production et de la distribution à une entreprise privée. Il s'appuie notamment sur un rapport présenté par trois cabinets d’audit à l’objectivité relative. Extraits du dossier de Lyon Capitale-le mensuel de novembre.
Capture d’écran 2012-10-09 à 18.32.14
Le président de la communauté urbaine a annoncé ce lundi sa préférence pour le statu quo après 2015 : ce serait toujours une entreprise privée qui produirait et distribuerait l'eau potable dans l'agglomération. Mais les partisans d'un retour en régie publique ne désarment pas et demandent à ce que le nouveau contrat n'excède pas huit ans. Ils espèrent ainsi que la collectivité se préparera dès les prochaines années à une "remunicipalisation".
Capture d’écran 2012-06-26 à 12.54.58
Les élus du Grand Lyon ont voté ce lundi la fin anticipée du contrat actuel qui accorde à Veolia 85% du marché lyonnais de l'eau potable. Un marché très déséquilibré qui se traduit notamment par un abonnement parmi les plus chers de France et un tarif au mètre cube surévalué de 25 à 30%. Le président n'est pourtant pas enclin à un retour en régie, que souhaitent ses partenaires de gauche.
Veolia Carré de Soie
Le prix de l’eau potable dans le Grand Lyon devrait être de 25 à 30 % inférieur au tarif actuel, dit-on au sein même de la communauté urbaine. En cause, un contrat signé en 1986 par Francisque Collomb, très favorable aux groupes exploitant le réseau. À l’occasion d’une révision quinquennale, la collectivité compte décrocher une baisse du montant de l’abonnement, parmi les plus chers de France. Mais c’est à l’automne que se jouera la bataille pour le service public de l’eau post-2015 : un passage en régie publique paraît s’imposer. Paris, Grenoble et Bordeaux l’ont fait ou sont en passe de le faire, mais Gérard Collomb n’y semble pas prêt. C’est l’enquête de Lyon Capitale le mensuel de juin. Extraits.
Les Trophées du développement durable se déroulaient jeudi soir à la Cité internationale.

Posts navigation

1 2 3 4