roms
Sous la gare de Perrache s’étend un campement de plus de 80 personnes venues du Kosovo, d’Albanie, de Macédoine ou encore de Serbie. Alors que le terrain appartient au Grand Lyon, le squat, illégal, devrait être évacué dans les prochains mois.
Pas d'image
Les rodéos de voitures hostiles à l'implantation des Roms dans ce quartier de Vaulx-en-Velin se sont poursuivis la nuit dernière. Les Roms, qui ont identifié ces véhicules, gardent toujours farouchement leur squat. Ils sont 69, selon un recensement réalisé ce mardi matin par la police. (MàJ ce mercredi à midi)
Pas d'image
Samedi soir, des pierres ont été lancées en direction du squat situé avenue Grandclément. Dans la nuit de dimanche à lundi, un véhicule Rom a été incendié. Et les tensions ne semblent pas près de retomber.
GYM LC2
Après l'incendie de jeudi soir qui a fortement endommagée l'ancienne usine désaffectée de la rue catupolan à Vaulx-en-Velin - le lieu servait de squat à 140 Roms en début de semaine -, le maire Bernard Genin a décidé de laisser ouvert le gymnase mis à disposition des familles tout le week-end, jusqu'à lundi. 17 personnes ont été relogées par la préfecture. Explications.
Pas d'image
Vendredi 17 décembre, la police a procédé à l’évacuation d’un immeuble du quartier de Vaise (9e arr.), occupé par une soixantaine de Roms. C’est l’application d’un arrêté pris le 14 décembre par la Ville de Lyon (PS). A la mairie d’arrondissement, les élus de la majorité regrettent un arrêté pris sans concertation et dans la précipitation. (Article actualisé le 17 décembre à 14h30).
Pas d'image
Vendredi soir, en partant d’un squat, trois policiers ont utilisé leur bombe lacrymogène. "Contre un chien dangereux", disent-ils. "Dans notre direction", répondent les Roms. Bilan : un bébé de cinq jours et un autre de deux ans ainsi qu’une adolescente de 17 ans conduits à l’hôpital.
ROMS expulsion 031110 3
Article actualisé à 19h07. Ce mercredi, à l’aube, la préfecture a procédé à l’expulsion puis la démolition du campement de la Part-Dieu, le plus grand bidonville de toute l’agglomération lyonnaise, à une encablure de la gare SNCF. 51 personnes d’origine rom ont été évacuées.
Pas d'image
Les forces de l’ordre ont procédé lundi matin à l’expulsion de familles roumaines dans un immeuble situé au 47, cours de la République à Villeurbanne dans le secteur des Charpennes. Certaines d’entre elles, en cours d’insertion, sont à la recherche d’un logement social.
Pas d'image
Lors de la réunion publique sur la sécurité dans le 7e arrondissement du 6 janvier, le préfet Jacques Gérault a mis à l’ordre du jour les squats, sujet qui ne préoccupe pas les participants à ce genre de réunion.
Avril 2004, deux filles de 14 et 17 ans meurent dans l’incendie de leurs caravanes. Ce drame et les conditions de vie des Roms des bidonvilles émeuvent. Le préfet fait même le déplacement sur le terrain vague de la rue de Surville. Lors des obsèques, l’archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin, lance un appel aux pouvoirs publics en faveur des Roms : “Le drame qui s’est produit dimanche est un drame de l’indifférence. On a fermé les yeux, nous n’avons pas été à la hauteur et j’en ai honte”. On entend “plus jamais ça”.

Posts navigation

1 2 3 4